Violences urbaines. Couvre-feu, manifestations interdites et arrêt des transports en commun toujours d'actualité

Après deux nuits relativement plus calmes en Auvergne-Rhône-Alpes, les autorités n'entendent pas baisser leur garde. Arrêt des transports en commun en soirée, périmètre interdit aux manifestations... Le point sur ses mesures toujours en vigueur.

Depuis les premières émeutes qui se sont déroulées dans la nuit du 28 juin après la mort de Nahel en région parisienne, de nombreuses mesures ont été décrétées par les préfets partout en France. Depuis, les interdictions et restrictions sont reconduites de jour en jour. Voici le détail à Lyon, Saint-Etienne ou encore en Ardèche.

Interdit de manifester à Lyon

À chaque après-midi, son lot de communiqués et messages sur les réseaux sociaux. Vers 15h30, sur le compte de la préfète du Rhône, réapparait une carte du centre-ville de Lyon teintée de rouge.

 "Face aux violences urbaines depuis le 28 juin, et aux risques de troubles à l'ordre public générés par des manifestations non déclarées, les cortèges, défilés et rassemblements revendicatifs sont interdits ce mardi 4 juillet 2023 au soir à Lyon."

À compter de 18h00 ce mardi 4 juillet et jusqu'à demain mercredi 04h00, pas question de voir des regroupements revendicatifs au sein d'un large périmètre incluant une partie du 3ᵉ et 6ᵉ arrondissement, sur la Presqu'île, à la Croix-Rousse et jusqu'aux berges de la Saône.

Transports en commun à l'arrêt

Changement d'heure en ce qui concerne l'arrêt des transports en commun en soirée à Lyon. Ce mardi 4 juillet, bus et tramways arrêteront de circuler à 22h. Ne comptez pas sur les navettes pour vous rendre au festival des Nuits de Fourvière. En revanche, les TCL annoncent une circulation normale sur les lignes de métro.

Même configuration à Saint-Etienne où les lignes de trams et de bus seront une nouvelle fois impactées après les violences urbaines des nuits précédentes. Le réseau STAS sera à l'arrêt à partir de 21h. Pour consulter, les horaires des derniers départs sur les différentes lignes, cliquez ici.

Couvre-feu pour les mineurs maintenu à Saint-Etienne

Instauré depuis le samedi 1er juillet au soir, un couvre-feu est maintenu dans la ville de Saint-Etienne pour les mineurs non accompagnés. Après une nuit marquée par des actes qualifiés de "guérilla et de violences urbaines" par le maire, Gaël Perdriau, un arrêté municipal avait été pris pour officialiser cette mesure de restriction.

"Par arrêté du maire, le couvre-feu pour les mineurs non accompagnés est reconduit ce soir à partir de 20h00, et ce, jusqu'à demain mercredi 5 juillet à 6h00", est-il indiqué sur le site internet de la ville de Saint-Etienne.

Prévenir les troubles en Ardèche

"Suite aux violences urbaines qui se sont produites ce week-end dans certaines communes
du département, Thierry Devimeux, préfet de l’Ardèche, reconduit l’arrêté visant à
prévenir les risques de troubles à l’ordre public", peut-on lire dans le dernier communiqué de ce 4 juillet en provenance de Privas.

Des mesures pour garantir la sécurité des biens et des personnes en Ardèche sont ainsi prolongées jusqu'au lundi 10 juillet 2023 à 8h. Il s'agit notamment de la vente, transport et utilisation de produits dangereux, inflammables, explosifs et d'artifice.

Le port d'armes "sans motif légitime" de toutes catégories et de munitions et d'objets pouvant constituer une arme par destination est interdit. Tout comme l'achat de carburant en jerrican ou autres récipients.

Le préfet de l’Ardèche appelle chacun "à faire preuve de responsabilité en respectant ces
mesures de restriction."

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité