Rentrée des classes dans la Métropole de Lyon: des enseignants en grève au collège Barbusse de Vaulx-en-Velin

Lundi 2 septembre: c'est la rentrée pour 871 000 enseignants et 12,4 millions d'écoliers, collégiens ou lycéens.  Dans la Métropole de Lyon, les syndicats pointent des problèmes de sureffectifs, notamment en REP+ dans les écoles et collèges. Les enseignants de plusieurs établissements sont en grève.
Classes surchargées, classes supprimées, manque d'enseignants, problèmes d'emploi du temps ou d'effectifs... l'année scolaire débute sous de mauvais auspices. Ce sont 1,2 million d'élèves qui ont retrouvé le chemin des classes dans les académies de Lyon et Grenoble.

Dans l'agglomération lyonnaise, les syndicats - et notamment la fédération FO de l'enseignement du Rhône (FNEC-FP FO 69) - tirent déjà la sonnette d'alarme au sujet des effectifs en REP+. 

"Les postes manquent, les effectifs explosent. Jusqu’à 36 élèves par classe dans les lycées, publics comme privés, jusqu’à 33 élèves par classes dans les écoles maternelles," dénonce la fédération FO de l'enseignement du Rhône dans un communiqué diffusé à la veille de la rentrée. 

Dans la Métropole de Lyon, ce sont 69 000 collégiens qui font leur rentrée ce lundi 2 septembre. Dans certains établissements, des préavis de grève ont été déposés. 

A Vaulx-en-Velin, les enseignants du collège Henri Barbusse ont décidé de faire grève ce 2 septembre, le jour de la rentrée. Ils dénoncent notamment un accroissement des effectifs. Ces derniers dépassent les 24 élèves par classe en REP+ . Le collège n'est pas fermé et accueille les élèves. La quasi totalité des enseignants étaient en grève ce lundi. 

A Vénissieux, au collège Elsa Triolet, suite à l’assemblée générale, avec les syndicats SNFOLC, SNES et SUD, les enseignants ont décidé de faire grève jeudi 5 septembre pour demander de ne pas avoir plus de 24 élèves par classe dans ce collège REP+. 

A Irigny, un préavis de grève avait été déposé au collège Daisy Georges Martin, pour le 2 septembre afin de dénoncer les sureffectifs. 

Selon Frédéric Volle, de la fédération FO de l'enseignement du Rhône, le sur-effectif est un problème chronique depuis plusieurs années dans le Rhône, encore plus problématique dans les établissements REP+.  Mais un nouveau problème vient renforcer le problème : "l'inclusion scolaire vient s'ajouter au problème," explique-t-il, "les collègues doivent accueillir de plus en plus d'enfants en situation de handicap. Ce qui demande beaucoup d'énergie, surtout lorsque les effectifs sont importants".
 


Dans la circonscription de Givors (qui comprend les communes de Givors, Grigny, Charly, Vernaison et Solaize), une pétition a été lancée avec le SNUDI-FO suite à "la décision du rectorat de ne pas réemployer une psychologue contractuelle qui intervient dans les écoles". "Il ne resterait plus qu’un poste et demi de psychologue pour suivre les élèves des 30 écoles de la circonscription", s'alarme la fédération. La pétition a déjà récolté une cinquantaine de signatures d'enseignants. Les représentants syndicaux entendent à présent obtenir un rendez-vous au Rectorat pour faire valoir leur demande de validation du contrat de cette psychologue.

Machine arrière en revanche dans la toute nouvelle école Odette Cartailhac à Vaulx-en-Velin. L'école devait comporter 8 classes mais les autorités académiques ont annoncé la fermeture d’une classe fin août. La fermeture de classe a été annulée le 30 août. Les enseignants ayant annoncé leur intention d’être en grève dès le mardi suivant.

La FNEC-FP FO annonce qu'un préavis de grève au niveau national couvrant tout le mois de septembre a été déposé. La fédération demande l'abrogation de la loi Blanquer, des réformes du bac et du lycée, de la loi Pénicaud; la création de "postes nécessaires", une augmentation du point d'indice et plus généralement l'abrogation de la loi de transformation de la fonction publique. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rentrée scolaire éducation société mouvement social économie social