Rhône : "Gardez la ligne!" collectifs et syndicats rouvrent symboliquement une gare de fret de la vallée de la Brévenne

Fermée fin 2019, la ligne Sain-Bel - Courzieu-Brussieu dite «ligne de la Brévenne», permettait de transporter 70 000 tonnes de marchandises par le rail. Jugée trop vétuste par la SNCF, cette ligne fait l'objet d'une mobilisation locale pour sa réouverture. 
Plus d’une centaine de personnes, collectifs d’habitants, élus et syndicats, se sont retrouvés en gare de Courzieu dans le Rhône, pour annoncer symboliquement sa réouverture. Le collectif "Gardons la ligne" espère par cette action, attirer l’attention sur la fermeture des 15 km de la ligne Sain-Bel - Courzieu-Brussieu, dite “ligne de la Brévenne” fin 2019.  
 
“On a jeté 9.000 camions sur les routes”
 affirme Laurent Aubeleau, représentant de la CGT Cheminots dans le Rhône. “On a remis 70.000 tonnes de marchandises sur le réseau routier au lieu de faire des investissements” estime-t-il.  
Mais, cette voie est devenue vétuste au fil des années, SNCF Réseau avait justifié son choix en signalant “un nombre d’interventions curatives en augmentation". Avant d’ajouter que "le coût de la remise en état de la ligne est estimé à environ 13,75 millions d’euros aux conditions économiques de mars 2019."   

Transports de marchandises : plus de poids lourds et moins de fret

Un chiffre très discuté par les associations et les syndicats qui le jugent surévalué. “C’est une facture exorbitante que présente SNCF réseau” estime Laurent Aubeleau de la CGT. Le conseil Régional d’Auvergne-Rhône-Alpes avait à l’époque proposé 5 millions d’euros pour le maintien de la ligne mais la décision avait tout de même été prise d’arrêter son fonctionnement.  
La CGT parle d’un “désintérêt de l’État, propriétaire des infrastructures, vis-à-vis du réseau capillaire, c’est-à-dire dire des lignes qui irriguent finement le territoire.” De son côté, SNCF Réseau a annoncé 100 millions d’euros investis entre 2019 et 2024 pour moderniser 61 sites voyant passer actuellement 80 % de l’activité fret. 
 
D’après les derniers chiffres clés du transport publiés par le ministère de la transition écologique: "entre 2007 et 2017, le parc de matériel ferroviaire s’est accru en moyenne de 2,4 % par an, alors que, dans le même temps, le parc de wagons de marchandises a diminué de 1,6 % par an en moyenne.” 


"Un territoire à valoriser aux portes de Lyon"

Un constat national qui a donc des répercussions locales notamment sur le cadre de vie et la hausse de la circulation des poids lourds sur les axes routiers. Dans la vallée de la Brévenne, riverains, élus et syndicats, vont même jusqu’à appeler de leurs vœux un retour du transport de voyageurs sur ces axes ferroviaires.  
 
“Cette vallée doit être préservée pour le bien-être de ses habitants mais aussi parce qu’elle révèle un potentiel remarquable de développement pour le tourisme rural aux portes de la métropole lyonnaise. Le tracé de la ligne ferroviaire et son histoire en témoignent. Il serait regrettable de détruire cet héritage alors qu’il pourrait répondre aux besoins urgents d’une mobilité décarbonée et sécurisée.” 
 
 

A l’échelle du pays, le transport intérieur terrestre de marchandises est toujours largement dominé par le transport routier. D’après les derniers chiffres officiels, publiés par le gouvernement : “en 2017, la part de la route a progressé au détriment du transport ferroviaire et du transport fluvial.” La route représente désormais 88,5% du transport terrestre hors oléoducs, celle du transport ferroviaire 9,6% et celle du transport fluvial 1,9%.
 
Après un courrier au président de la Région Auvergne Rhône-Alpes, puis une autre lettre à la ministre des Transports, le collectif "Gardons la ligne" s'est adressé à Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique et solidaire, le 17 novembre 2020 et lui demande d'être reçu pour faire valoir ses arguments. 
 
Les travaux de SNCF Réseaux en Auvergne Rhône Alpes
"En 2020, avec 6,2 milliards d’euros, les investissements sur le réseau ferré français atteindront un niveau record" annonce SNCF Réseau.  En Auvergne-Rhône-Alpes, l'entreprise et ses partenaires prévoient 750 millions d'euros de travaux, dont plus de 400M d'euros seront consacrés à la régénération du réseau existant. 
Consultez la carte des 45 principaux chantiers en Auvergne-Rhône-Alpes pour l'année 2020.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports trains régionaux