Rhône : Les salariés de Général Electric en grève pour défendre 630 emplois menacés en France

Les salariés de Grid Solutions à Villeurbanne, une filiale de General Electric ont appelé à la grève ce lundi 23 novembre. Les syndicats dénoncent une casse sociale mais aussi un risque industriel pour le groupe qui "pourrait perdre des compétences stratégiques en France". 
Les salariés de Grid Solutions dénoncent le transfert de deux ateliers de Villeurbanne vers la Chine et l'Italie
Les salariés de Grid Solutions dénoncent le transfert de deux ateliers de Villeurbanne vers la Chine et l'Italie © V.Benais
Lundi 23 novembre, un piquet de grève bloque l'accès au site Grid Solution, filiale de General Electric à Villeurbanne. Plusieurs syndicats ont appelé à la grève pour dénoncer la fermeture de deux ateliers de production et la suppression de 195 postes sur 470. Le fabricant de générateurs de disjoncteurs pour ligne à haute tension et centrales électriques doit délocaliser en Chine et en Italie. Au total, 630 emplois sur cinq établissements sont menacés en France, selon l’intersyndicale CGT, CFDT, CFE-GCG.

Pas de solutions alternatives ? 

Les syndicats espéraient maintenir l'activité sur place. "Nous avons proposé des solutions alternatives à la Direction" explique Pascal Gentelet, délégué syndical CFDT Grid Solutions Villeurbanne. "Nous n'avons pas été entendus et c'est inacceptable, nous voulons revenir à la table des négociations." 
Mardi 24 novembre, la direction et les syndicats doivent se rencontrer à Lyon dans le cadre des négociations du plan de sauvegarde de l'emploi. Les sites de Saint-Priest dans l'est lyonnais, sont également menacés, 48 postes du service après-vente doivent être délocalisés à Aix-les-Bains. Plusieurs syndicats craignent une fuite des compétences et un risque industriel majeur pour le groupe en France. 
 

Les compétences sont ici, à Villeurbanne!

Pascal Gentelet, délégué syndical CFDT

Dans un communiqué publié en septembre dernier, la direction du groupe a dit "mesurer l’inquiétude et l’incertitude engendrées par l’annonce de ce projet européen pour nos équipes en France" avant d'ajouter : "nous nous efforcerons au maximum de limiter l’impact social des réorganisations envisagées.  
Du fait de nos obligations légales, nous ne sommes pas en mesure de partager davantage d’informations à ce stade, tant en termes de suppressions que de créations d’emplois envisagées chez Grid Solutions en France."

Deux élus locaux dénoncent des "licenciements financiers" 

Le maire de Villeurbanne (Rhône), Cédric Van Styvendael, et le sénateur du Rhône, Gilbert-Luc Devinaz, avaient écrit une lettre le lundi 9 novembre 2020 au ministre de l’Économie, Bruno Le Maire. Les deux élus y réclament un moratoire contre ce type de "licenciements financiers" et une suspension du Plan de Sauvegarde de l’Emploi de General Electric. 
 

Lire la lettre adressée au ministre de l'économie


"La poursuite de l’actuel PSE est impossible"  affirment les élus en rappelant que l’entreprise est excédentaire et qu’elle a enregistré, depuis début 2020, une amélioration de ses résultats. Ils dénoncent des "licenciements financiers" et indiquent au ministre que "l’épidémie draine dans son sillage, malgré le recours au chômage partiel et à des exonérations fiscales, une onde de choc qui touchera d’abord les ménages les plus précaires et les plus exposés aux variations qu’enregistrera le marché du travail en 2021".
Cédric Van Styvendael et le sénateur du Rhône, Gilbert-Luc Devinaz, ont parallèlement adressé un courrier au directeur de GE France pour lui demander la suspension du Plan de suppression des emplois.

Mardi 24 Novembre, les salariés se rendront à l’hôtel Mercure de Perrache à Lyon, lieu de la négociation du PSE a annoncé l'intersyndicale des salariés de Villeurbanne. "General Electric doit revoir sa copie pour ne pas mettre en péril les activités réseaux en France, et éviter la casse sociale qui plongera nombres de familles dans la précarité !" affirment trois syndicats dans un communiqué. Ces derniers en appellent également à l'Etat pour intervenir. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mouvement social économie social industrie