Saint-Genis-Laval : au moins deux offres de reprise pour Famar Lyon

Deux offres vont être déposées au tribunal de commerce pour reprendre Famar, l’unique entreprise pharmaceutique française habilitée à fabriquer la Nivaquine à base de chloroquine, située à de Saint-Genis-Laval dans le Rhône.

Le site de l'usine Famar au sud ouest de Lyon, employant plus de 300 personnes, sous traitant pour le compte des laboratoires pharmaceutiques est l'unique usine enregistrée pour délivrer le marché francais en Chloroquine (Nivaquine)
Le site de l'usine Famar au sud ouest de Lyon, employant plus de 300 personnes, sous traitant pour le compte des laboratoires pharmaceutiques est l'unique usine enregistrée pour délivrer le marché francais en Chloroquine (Nivaquine) © IP3 PRESS/MAXPPP
La société pharmaceutique Famar va-t-elle trouver repreneur ? Au moins deux offres vont être déposées au tribunal de commerce. Les potentiels repreneurs sont un industriel libanais et un ancien directeur du site. Ils pourraient continuer l’activité médicaments de l'entreprise. Une autre offre a été déposée mais c'est un plan de session, ce qui signifie qu'il y aurait une liquidation de l'entreprise.


Proposition avec une baisse des effectifs dans un premier temps

La première offre verrait les effectifs passer à 107 salariés avant de remonter à 360 en 2026. La seconde ferait tomber les effectifs en 2020 à environ 130 personnes, pour remonter ensuite également.

Le second plan mené par l'industriel libanais est le projet le plus intéressant mais le projet de maintien de l'emploi reste insuffisant. Selon les administrateurs judiciaires, les offres sont encore susceptibles d'évoluer dans les semaines à venir, a affirmé Yannig Donius, délégué syndical CGT chez Famar.

La décision devrait être prise au courant du mois de juin alors que l'arrêt de production de l'usine est programmé autour du 10 juillet.
 

Une demande de nationalisation

L'usine pharmaceutique Famar, -qui compte 250 salariés-, est la seule en France habilitée par l'agence du médicament à fabriquer la Nivaquine à base de chloroquine. C'est pour cette raison que les députés socialistes ont demandé la nationalisation de Famar (chloroquine) une société jugée "particulièrement nécessaire à l'indépendance sanitaire de la Nation", dans le contexte d'épidémie de coronavirus. Mais, pour le moment cette option n'a pas eu d'écho auprès du gouvernement.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société entreprises économie recherche sciences