Salaires et embauches à la Région Auvergne Rhône-Alpes : Anticor saisit la justice

L'association anticorruption saisit le Procureur de la République de Lyon concernant la rémunération d'un collaborateur de Laurent Wauquiez, Ange Sitbon. Un rapport de la Chambre régionale des comptes avait pointé en octobre dernier son salaire, à hauteur de 9 000 euros nets par mois.

La rémunération d'Ange Sitbon et l'embauche d'agents à la Région sont dans le collimateur d'Anticor
La rémunération d'Ange Sitbon et l'embauche d'agents à la Région sont dans le collimateur d'Anticor © A. Henry / France Télévisions
Dans un communiqué publié lundi 10 août, l'association anticorruption Anticor annonce "avoir signalé au Procureur de la République, les conditions anormales de recrutement et de rémunération par la Région Rhône-Alpes de M. Ange Sitbon, en qualité de directeur du service Relation aux élus et au territoire."

9 000 euros mensuels contre  4 000 euros à poste équivalent

L'association s'appuie sur un rapport de la Chambre régionale des comptes du 17 octobre 2019 portant sur le recrutement de certains agents de la Région, dont celui d'Ange Sitbon. "M.Sitbon toucherait 9 000 euros nets de rémunération mensuelle , contre 4 000 euros pour un agent titualaire à qualification égale et de rang hiérarchique équivalent.". Cette situation aurait perduré jusqu'en 2018.

Des emplois de collaborateurs camouflés en postes de fonctionnaires

L'action d'Anticor vise également un autre pan du fonctionnement de la Région concernant l'embauche d'agents contractuels correspondants en réalité à des emplois de collaborateurs de cabinet au sein du même service, dirigé par M. Sitbon
Or, "Toute autorité territoriale, quelle que soit sa catégorie a le droit de constituer un cabinet et décide librement de la mise en œuvre de ce droit mais elle ne peut recruter au-delà d’un effectif maximal qui varie selon le nombre d’habitants de la collectivité." rappelle l'association.

Des chargés de mission en trop grand nombre

Autre cible d'Anticor : le nombre de chargés de mission des vice-présidents. Ils étaient 26 au lieu des 19 prévus par la loi. "Ces postes n'ont pas été crées par l'exécutif actuel mais existaiennt auparavant" oppose la Région.


"La Région est aujourd'hui en pleine conformité avec les conclusions du rapport"

Contactée, la Région précise avoir présenté le rapport de la Chambre régionale des comptes en Assemblée plénière en octobre dernier. Depuis "la Région Auvergne Rhône-Alpes a relevé les remarques formulées par la Chambre et en a depuis suivi les préconisations. La Région est aujourd'hui en pleine conformité avec les conclusions de ce rapport."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région auvergne-rhône-alpes politique justice société