Salon du Made in France : pourquoi des entreprises auvergnates y seront

Du 8 au 11 novembre, 90 entreprises de la région Auvergne-Rhône-Alpes seront présentes au salon du Made in France de Paris, dont les parapluies du Cantal de la société Piganiol. / © Hugo Manhes
Du 8 au 11 novembre, 90 entreprises de la région Auvergne-Rhône-Alpes seront présentes au salon du Made in France de Paris, dont les parapluies du Cantal de la société Piganiol. / © Hugo Manhes

Du vendredi 8 au lundi 11 novembre, se tient à Paris le salon du Made in France. Quelque 90 entreprises de la région Auvergne-Rhône-Alpes y seront présentes.
 

Par Catherine Lopes

La 8e édition du salon du Made in France se tient du vendredi 8 au lundi 11 novembre, à Paris, porte de Versailles. Chaque année, plus de 500 exposants de tous les secteurs d’activité viennent mettre en avant leurs produits fabriqués dans l’hexagone. L’entreprise Piganiol, qui produit des parapluies à Aurillac dans le Cantal depuis 1884, y sera présente pour la deuxième année consécutive. Matthieu Piganiol, PDG de l’entreprise du même nom, explique : « ll s’agit d’un salon où l’on fait de la vente. Or du côté des particuliers, il y a un vrai engouement pour le Made in France. Nous sommes aussi là pour voir les tendances. C’est hyper enrichissant ».

Donner du sens à son achat

Il ajoute : « Nous communiquons en permanence sur la création et le savoir-faire local. Nous créons des produits locaux, à Aurillac. Il faut savoir que le consommateur peut être assez schizophrène, acheter un produit pas cher, fabriqué en Chine, et une autre fois vouloir donner du sens à son achat, et opter pour du Made in France ». Autre entreprise auvergnate à être présente au salon parisien : Happy Plantes. La société, basée à Volvic dans le Puy-de-Dôme, compte 4 salariés et a été créée en 2016. Elle crée, conditionne et distribue des tisanes et des infusions bio. Son directeur général, Charles-Edouard Dubail, affirme : « Si nous allons au salon, c’est pour continuer à faire parler de la marque auprès des consommateurs et aller à la rencontre des professionnels. Cette présence à Paris peut être assez coûteuse mais nous avons un tarif préférentiel en étant sur le pavillon de la région Auvergne-Rhône-Alpes ».
 

Un acte militant

Il précise : « Quand on parle du Made in France, il s’agit d’une question de valeurs et de sens donné à son achat. Il y a des choses très bien produites à l’étranger mais quand on choisit d’acheter français, on parle d’un acte militant, qui a plus de valeur qu’un bulletin de vote ». L’entreprise Blanc Bonnet, qui produit des bonnets et des accessoires aux ateliers Peyrache, à Saint-Didier-en-Velay, en Haute-Loire, sera présente au salon du Made in France pour la 3e année consécutive. Corinne Gaudic, présidente de Blanc Bonnet, a repris en 2015 les ateliers de production créés en 1871. Ils étaient alors en liquidation judiciaire et comptent aujourd’hui 30 salariés.

L'idée de la transparence

Elle confie : « On fabrique en Auvergne. Tout est fait chez nous. C’est notre ADN. Nous avons la certification origine France garantie depuis 2017. Ce salon est l’occasion d’en parler. Pour le consommateur, ce qui compte, c’est l’idée de la transparence. Il sait où est fait le produit et par qui. Et puis il opte pour un circuit court, ce qui est important à ses yeux ». Cette année, sur le salon du Made in France, 70 000 visiteurs sont attendus en 4 jours.
 

Sur le même sujet

Les + Lus