À Aix-les-Bains, les élèves du lycée Marlioz pleurent leurs professeurs emportés par une avalanche

© Aurore Trespeux / Franc e3
© Aurore Trespeux / Franc e3

Deux des trois randonneurs décédés dimanche dans le massif de la Chartreuse étaient professeurs au lycée polyvalent de Marlioz, à Aix-les-Bains (Haute-Savoie). Leurs élèves  et leurs collègues se sont recueillis ce mardi matin.

Par Quentin Vasseur avec Aurore Trespeux

L'émotion est toujours forte au lycée Marlioz où enseignaient les deux randonneurs tués par une avalanche au Petit Som samedi soir.

Vendredi, il nous disait qu’il serait toujours là, et aujourd’hui...


Alors que les cours avaient été annulés toute la journée lundi, élèves, anciens élèves et professeurs se sont réunis pour leur rendre hommage ce mardi matin. Une élève a chanté et des textes ont été lus en leur mémoire. Des musiques qu'ils appréciaient ont également été passées.

"C’était mon prof d’histoire et ça m’a fait vraiment bizarre d’apprendre sa mort" confie Clara, une élève de 15 ans. "Vendredi, il nous disait qu’il serait toujours là, et aujourd’hui... Ce matin pendant le rassemblement, j’ai pleuré comme beaucoup. C’était dur mais on était tous très liés. Ça nous a fait bizarre de voir nos profs pleurer."


François, 16 ans qui a eu le professeur d'histoire l'an dernier, décrit "un passionné de la montagne, qui faisait souvent des sorties, ce n’est pas possible qu’il ait été pris par une avalanche. Je n’arrive pas à le réaliser. Ça me fait quelque chose de me dire que je ne le croiserai plus."

"J'ai perdu mon professeur de philosophie et je n’arrive pas à imaginer pouvoir m’ouvrir à quelqu’un d’autre dans cette matière" témoigne à son tour Odyssée, 17 ans. "Je n’arrive pas à envisager de reprendre les cours de philo sans lui. C’était très dur ce matin. Je n’arrive pas à réaliser."

L'un était âgé de 44 ans et enseignait la philosophie, l'autre avait 58 ans et enseignait l'histoire-géographie. Originaires d'Annecy et Chambéry, ils s'étaient lancés samedi soir dans une sortie à ski "en dehors de l'itinéraire classique" vers le Grand Som, mais leurs proches sans nouvelles avaient donné l'alerte.

On a retrouvé leur corps dimanche midi, ensevelis sous une avalanche que le commandant du PGHM Isère Patrick Poirot estimait lundi être "de type plaque à vent".


Emotion lycée Marlioz

 

A lire aussi

Sur le même sujet

L'Université Grenoble Alpes veut provisoirement héberger les migrants dans d'anciens locaux

Près de chez vous

Les + Lus