Savoie : le projet d'une vague artificielle de surf sur le lac du Bourget abandonné

Publié le Mis à jour le
Écrit par Antoine Belhassen
La vague artificielle devait être installée au bout d'un ponton sur le lac du Bourget et aurait pu voir le jour en 2023.
La vague artificielle devait être installée au bout d'un ponton sur le lac du Bourget et aurait pu voir le jour en 2023. © Okahina Wave

Face aux critiques d'une association et d'une partie des riverains, le projet de vague artificielle pour les surfeurs sur le lac du Bourget a été abandonné, a fait savoir la société fournisseuse de l'équipement, ce samedi 4 décembre.

Le projet n'avait pas fait l'unanimité. Il avait même suscité l'indignation de certains riverains et d'une association. Face à ces critiques et une pétition qui a rassemblé plus de 20 000 signatures, le projet de vague artificielle sur le lac du Bourget pour les surfeurs a été abandonné, a fait savoir la société fournisseuse de l'équipement, Okahina Wave, ce samedi 4 décembre.

"Les conditions n'étaient pas réunies. Je ne me lève pas tous les matins pour embêter les gens", accorde Laurent Héquily, président de Okahina Wave. Selon lui, il aurait notamment été mêlé à une joute politique : "On s'est retrouvé dans une bataille entre France Nature Environnement (FNE) en Savoie et des élus locaux. L'antenne locale de FNE a été la seule association à décliner notre invitation pour que l'on puisse expliquer notre projet. Nous avons eu l'impression qu'ils étaient surtout opposés à des hommes politiques. Nous sommes tristes aussi que cela ait créé un clivage intergénérationnel. Nous ne sommes pas là non plus pour monter les jeunes contre les moins jeunes."

Une installation qui "avait du sens"

Une déception pour le concepteur : "Ça avait du sens. Écologiquement, l'installation permettait de freiner la pratique du wakesurf et les va-et-vient de dizaines de bateaux de plus de 300 chevaux sur le lac. En terme de consommation énergétique, notre installation, alimentée par de l'énergie solaire, était équivalente à la circulation d'un seul bateau sur le lac. Mais sans l'essence, le bruit et les nuisances pour la faune aquatique et sans les vagues qui perturbent les berges et roselières."

Ça avait également du sens en Savoie, une terre de glisse.

Laurent Héquily, président d'Okahina Wave.

Il poursuit : "Ça avait également du sens en Savoie, une terre de glisse. Quand la saison de ski se termine, de nombreux jeunes partent sur la côte Atlantique pour surfer. Ils quittent leur région, font beaucoup de kilomètres. Avec cette solution, ils auraient pu trouver des vagues à proximité. Et des saisonniers de la saison hivernale auraient pu venir travailler sur le site."

Tous ces éléments avaient su taper dans l'œil d'élus locaux : "Le président et le vice-président de l'agglomération avaient été séduits." Mais face aux remontrances d'une partie de la population et à l'opposition de France Nature Environnement, le projet a bel et bien été abandonné.

La société souhaite désormais se tourner vers d'autres projets de la sorte, en Vienne, près du Futuroscope, en région parisienne, mais aussi à l'étranger : "Nous avons des sollicitations en Suisse et aux États-Unis", précise Laurent Héquily.

"Ce fut l'incrédulité"

Le projet avait été discuté auprès d'élus locaux. Mais les études d'impact et la conception n'avaient pas encore commencé, alors que les premières critiques émanaient de France Nature Environnement : "C'est même ahurissant d'avoir cette idée", s'était indigné Jean Busson, administrateur de la FNE 73, en octobre dernier"Pour nous, ce fut d'abord l'incrédulité. Comment cette idée peut-elle venir à quelqu'un ?"

"Notre première réaction, c'était par rapport à l'impact paysager. Mettre une soucoupe géante de 60 mètres de diamètre en plein milieu de ce lac qui est un site extraordinaire, on se demande comment cette idée peut venir à quelqu'un", avait réagi l'administrateur de la FNE.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.