Il y a 30 ans, Albertville remportait l'organisation de ses Jeux olympiques

Michel Barnier, alors député de Savoie, Jean-Claude Killy, triple champion olympique à Grenoble en 1968, Henri Dujol, maire d'Albertville, et Guy Drut, assistant à la mairie de Paris en charge des sports, réagissent à l'annonce du CIO le 17 octobre 1986 à Lausanne. / © AFP PHOTO/GERARD MALIE
Michel Barnier, alors député de Savoie, Jean-Claude Killy, triple champion olympique à Grenoble en 1968, Henri Dujol, maire d'Albertville, et Guy Drut, assistant à la mairie de Paris en charge des sports, réagissent à l'annonce du CIO le 17 octobre 1986 à Lausanne. / © AFP PHOTO/GERARD MALIE

Si les Jeux olympiques d'Albertville se sont déroulés en 1992, c'est en 1986 que les Albertvillois ont appris la nouvelle. Le 17 octobre 1986, plus exactement, puisque l'on fête aujourd'hui le trentenaire de cette nouvelle qui a mis une ville entière en liesse.

Par Quentin Vasseur

Trente ans, déjà ! Le 17 octobre 1986, Albertville était en liesse. Ce jour-là, la sous-préfecture de Savoie remportait l'organisation des XVIe Jeux olympiques d'hiver face aux candidatures de la Bulgarie (Sofia), de la Suède (Falun), de la Norvège (Lillehammer), de l'Italie (Cortina d'Ampezzo), des Etats-Unis (Anchorage) et de l'Allemagne (Berchtesgaden).

Cette candidature était portée à l'époque par trois protagonistes : le député savoyard et président du conseil général de Savoie Michel Barnier, le triple champion olympique Jean-Claude Killy et le maire d'Albertville Henri Dujol. Les Albertvillois ont suivi l'annonce, qui s'était faite à Lausanne, en Suisse. Aujourd'hui, beaucoup s'en souviennent avec émotion.

Reportage d'Anne Hédiard, Didier Albrand et Virginie Muamba.
Trentenaire de l'attribution des JO à Albertville

L'annonce de la victoire d'Albertville a donné le coup de départ au développement des infrastructures de transports, d'accueil, d'hébergement et de communication. De quoi faire décoller la ville pour qu'elle soit à la mesure de sa notoriété planétaire. "Mon mari qui était ingénieur en travaux publics a eu un surcroît de travail, se souvient une Albertvilloise, ça a fait des années de travaux pour l'entreprise.

Si le bilan financier des Jeux olympiques de 1992 est critiqué, il n'en a pas moins grandement contribué à l'histoire d'Albertville, de la Savoie, et du sport français. 


Sur le même sujet

SMS de L. Wauquiez/ La réaction des lycéens

Les + Lus