Vacances d'été à la montagne : où voir des marmottes et comment les observer sans les déranger

Avec son petit minois et son allure joviale, la marmotte vous fait certainement craquer… Mais il est essentiel de respecter son milieu si vous l’apercevez lors de vos randonnées en montagne dans les Alpes. A l'approche des vacances, voici quatre choses à savoir afin d’observer ces mammifères, très photogéniques, sans les déranger.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Elles sont enfin de sortie... La fin de l'hibernation a sonné pour les marmottes ! Vous pouvez désormais les apercevoir lors de vos sorties en montagne. Mais où se trouvent-elles ? Comment les observer tout en respectant leur environnement ?

Voici quelques conseils, prodigués par Annette Lebreton, membre de l’association pour la Protection, l’Etude et la Valorisation des marmottes (APEVM).

Où voir les marmottes ?

Il est inutile de chercher les marmottes en forêt : elles aiment les terrains dégagés, faits d’herbes et de rochers.

Dans les Alpes, plusieurs parcours propices à l'observation de la marmotte existent.

En Savoie, plusieurs lieux sont réputés, entre mai et septembre :

  • Col de la Vanoise,
  • Mont-Cenis,
  • Aussois,
  • Le Vallon de l'Orgère,
  • Vallonbrun,
  • Bessans,
  • Bonneval-sur-Arc.

En Haute-Savoie, dirigez-vous vers Flaine et Morillon. Dans la vallée du Mont-Blanc, entre Passy et Chamonix, les rongeurs sont également présents, notamment dans la Réserve Naturelle de Sixt-Passy.

En Isère, voici une randonnée lors de laquelle les marmottes sont souvent présentes : les "Quatre mille du Beaumont" entre Colomnier, Côte-Belle, Côte-Rouge et Mont-de-Rousse.

Quand les marmottes sont-elles de sortie ?

Après avoir hiberné pendant six mois, la marmotte alpine peut s'apercevoir d'avril à septembre.

Sachez également que ces rongeurs n’aiment pas vraiment la chaleur et ont tendance à sortir tôt le matin et tard le soir, lorsque l’air est frais. Privilégiez donc ces créneaux si vous souhaitez les observer lors de leurs repas. En effet, cet animal ne boit pas, mais s’hydrate grâce à l’eau contenue dans les plantes et grâce à la rosée du matin.

Comment repérer les marmottes ?

Pour repérer les marmottes, tentez d'abord de localiser un tas de terre ou de cailloux : il s’agit de l’entrée du terrier. 

Autre moyen de repérer la marmotte : son sifflement ! Cet animal réagit de la sorte pour alerter la colonie en cas de danger. Sachez qu’un sifflement signifie qu'un danger provient du ciel (un aigle par exemple, grand prédateur de cette espèce). Si vous entendez plusieurs sifflements, alors le danger provient cette fois-ci du sol ! Sachez que la seule défense de la marmotte est de fuir et de se cacher dans son terrier.

Quelle attitude adopter ?

Tout d'abord, il est important de ne pas s'approcher des marmottes et de respecteur leur environnement. Munissez-vous d’une paire de jumelles et attendez de voir apparaître ces grosses boules de poils. Restez à une vingtaine de mètres, sans bouger, avec une attitude calme et attendez... Les marmottes sont curieuses et finiront par pointer le bout de leur truffe !

Autre point important : il est fortement déconseillé de nourrir une marmotte ! "Un animal sauvage, on ne le nourrit pas" martèle d’Annette Lebreton. En effet, de nombreux promeneurs tentent d’attirer les marmottes avec de la nourriture mais ceci "est la plus mauvaise chose à faire".

La marmotte est diabétique et ne supporte pas le sucre, même si elle l’adore.

Annette Lebreton, membre de l’association pour la Protection, l’Etude et la Valorisation des marmottes (APEVM),

à France 3 Alpes.

"Quand on randonne, il faut profiter des marmottes et les observer sans les bousculer car elles auront peut-être plus de mal à habiter dans nos Alpes, dans le futur" précise Annette concernant cet animal qui pourrait être menacé par le réchauffement climatique d’ici quelques années dans les Alpes, comme c’est déjà le cas dans les Pyrénées.