VIDEO. "Un moment hors du temps" : des skieurs filment un loup en chasse en pleine montagne

Un groupe de six skieurs partis en randonnée dans le massif des Cerces, ce vendredi 17 mars, a fait la rencontre d'un loup en pleine chasse, derrière une harde de chamois. "Une rencontre inattendue" filmée par un des jeunes randonneurs.

"C'était une rencontre inattendue. C'est rare de pouvoir assister à ça", se souvient Abel. Ce jeune skieur parti en randonnée dans le massif des Cerces avec cinq autres amis, originaires de Paris et de la Drôme, a été témoin d'une scène de chasse ce vendredi 17 mars : un loup à la poursuite d'une trentaine de chamois, en pleine montagne, dans la neige.

"Un moment hors du temps" capturé sur le téléphone du jeune homme. "Nous étions partis du hameau de Bonnenuit, sur la commune de Valloire. Nous étions approximativement arrivés au niveau du Plan d'Orient et nous avions la crête de Lâcha en face de nous, lorsque nous avons pris un moment pour changer nos peaux de phoques et boire un coup."

"On a alors aperçu la harde de chamois au loin et on a vu un canidé en contrebas. On a pensé que c'était un loup, mais on ne s'était pas imaginé qu'il était déjà en traque. Après une dizaine de minutes, on a vu de l'agitation. Le loup était en chasse", poursuit-il.

"Ça a bien duré une quinzaine de minutes. C'était un loup solitaire, nous n'en avons pas aperçu d'autres. Au bout d'un moment, il est parvenu à diviser la harde. Mais, après un quart d'heure de chasse, le loup et certains chamois sont passés derrière la crête et ont disparu de notre champ de vision", termine Abel, reparti quelques minutes plus tard avec ses amis, tous surpris de la scène à laquelle ils venaient d'assister.

Une scène de la faune sauvage

Pour autant, cette tentative de prédation ne surprend pas Thierry Dacko, accompagnateur en montagne du côté de Valloire et passionné des loups : "Les images sont effectivement spectaculaires à vivre mais courantes dans le monde animal et notamment sur les territoires occupés par les loups comme c’est le cas ici. Ce qui peut être extraordinaire, c'est que des gens ont pu assister à ce spectacle", explique-t-il.

"Le loup déclenche la course poursuite sur la harde en espérant en isoler un, ce qu’il réussit à faire durant quelques instants. La harde s’est volontairement éclatée pour perturber la poursuite du loup. On remarque que les chamois qui ne sont plus poursuivis, s’arrêtent ou continuent plus paisiblement ou se mettent en sécurité sur une hauteur tout en restant sur leur garde. Le chamois isolé réussit à garder le loup à distance grâce à ses capacités de course et d’agilité pour rejoindre une partie du groupe", décrypte-t-il.

Ce n'est pas parce que l'on ne voit qu'un loup, qu'il est forcément seul.

Thierry Dacko, accompagnateur en montagne.

"N'oublions pas que le loup est un opportuniste ! Les loups se nourrissent de cadavres, de charognes, poursuit-il. On estime entre 6 et 10 % les attaques de loups qui se concluent par une capture. De plus, les chamois sont capables d'avaler près de 1 000 mètres de dénivelé positif en moins de 30 minutes."

Pour Thierry Dacko, les images ne montrent pas forcément un prédateur solitaire : "Ce n'est pas parce que l'on ne voit qu'un loup, qu'il est forcément seul. Il peut très bien y avoir un ou plusieurs autres loups postés en embuscade et qui se trouvent en dehors du champ de vision des skieurs. Mais des tentatives individuelles existent. D'autant plus que nous sommes en période de dispersion : les jeunes loups quittent leur meute pour coloniser d'autres territoires", décrypte-t-il.