Après la mort d'un homme à la Dent du Chat, les randonneurs doivent redoubler de vigilance

Alors que depuis quelques jours les drames se succèdent en montagne, certains, comme Serge, ont décidé de continuer à s'y rendre mais en respectant certaines règles.

Quatre alpinistes ont trouvé la mort en deux jours dans les Alpes du nord. Deux, dimanche 28 juin, dans le massif du Mont Blanc et deux autres, le lendemain, dans le massif des Écrins. Pour les jours à venir, en raison des fortes températures attendues et de l'impact sur les roches qui peuvent se décrocher, les secours appellent à la plus grande vigilance.


Les randonneurs ne sont pas épargnés. Si en haute montagne on dévisse, en moyenne montagne on peut glisser. Dimanche, un Isérois de 62 ans, qui effectuait seul l'ascension de la Dent du Chat, s'est tué en chutant de 70 mètres. Une heure plus tard, les secouristes ont dû intervenir une nouvelle fois pour venir en aide à une randonneuse coincée dans les barres rocheuses à hauteur du Col de la Vacherie.

C'est sur ce même sentier menant à la Dent du Chat, généralement très accessible mais comportant quelques passages délicats, que nous retrouvons Serge. La montage, c'est le terrain de prédilection de ce randonneur aguerri. Pour lui, elle peut se révéler dangereuse si on ne respecte pas certaines règles de sécurité. "Il faut un minimum d'équipement et d'entraînement. On ne peut pas venir ici comme ça, sans préparation et en tongs", lance-t-il.

Reportage de Claudine Longhi-Bernard, Nathalie Rapuc et François Hubaud
durée de la vidéo : 00h01mn36s

Choisir son parcours en fonction de son état de forme

La Dent du Chat, Pierre Nioule ou l'Abbaye de Hautecombe. Pas moins de cinq grands sentiers sont accessibles depuis Bourdeau, en Savoie. Si ces sentiers de randonnée sont balisés et entretenus par la Communauté d'agglomération du lac du Bourget, la sécurité reste l'affaire de la commune qui ne se contente pas uniquement des panneaux d'information le long du parcours, mais s'attache aussi à informer les randonneurs avant leur départ.

"Il faut choisir son parcours en fonction de son état de forme, mais aussi des conditions météorologiques qui peuvent changer quand on est en montagne", souligne Agnès Vicendeau, conseillère municipale en charge du Tourisme.

Malgré toutes ces précautions, Bourdeau continue de déplorer une dizaines d'accidents durant l'été sur ses sentiers. Pour les éviter et continuer à goûter au doux plaisir de la randonnée, les secours appellent à une attention particulière. Il faut regarder où l'on marche et ne pas tenter le diable en s'aventurant dans des secteurs escarpés. Il faut enfin partir très tôt, pour moins souffrir des grosses chaleurs annoncées et de ne surtout pas oublier de s'hydrater très fréquemment.