Biathlon : après la quête de l'or aux Mondiaux, Julia Simon et Justine Braisaz-Bouchet partent à la chasse au cristal

Ce jeudi 29 février, à Oslo-Holmenkollen, l'heure de la reprise a sonné pour les Françaises en Coupe du monde de biathlon. Après une moisson d'or mondial, Justine Braisaz-Bouchet et Julia Simon se projettent dans la dernière partie de saison. Les Savoyardes sont toutes les deux encore en course pour remporter le gros globe de cristal.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Une grande bataille en perspective. Ce jeudi 29 février, la septième des neuf étapes de la Coupe du monde de biathlon débute à Oslo-Holmenkollen. Avec au programme, ce jeudi, l'individuel femmes (15 km).

Aux deux tiers de la saison de Coupe du monde, c'est pour l'instant la Norvégienne Ingrid Tandrevold (719 points) qui est en tête du classement général. Mais Justine Braisaz-Bouchet, 2e à 30 points, et Julia Simon, 4e à 57 points, les deux biathlètes des Saisies, sont embuscade juste derrière. L'Italienne Lisa Vittozzi (3e, à 48 pts) est l'autre biathlète qui se trouve dans cette lutte finale.

Une N°1 mondiale en méforme et des Françaises en confiance

La dernière partie de saison s'annonce donc palpitante puisqu'une victoire rapporte 90 points et qu'il reste sept épreuves individuelles au calendrier.

Sur la forme du moment, la cote de la N°1 norvégienne a dégringolé avec sa déroute lors des récents Mondiaux de Nove Mesto (République tchèque), où elle a échoué hors du top 20 lors des trois premières courses individuelles (25e, 34e et 27e), avant de terminer de justesse dans le top 10 de la dernière.

Tout le contraire des Françaises qui vont aborder ces dernières courses avec le plein de confiance. Julia Simon a récolté deux médailles d'or individuelles, en sprint et poursuite, ainsi qu'une médaille de bronze sur l'individuel. Mais aussi deux titres collectifs, lors des deux relais : mixte et féminin.

Comme elle, Braisaz-Bouchet et Vittozzi en sont aussi reparties multimédaillées, chacune avec un titre individuel de championne du monde, la première en mass start, la seconde au bout de l'individuel.

Julia a l'avantage d'avoir déjà été dans cette situation de jouer le classement général.

Frédéric Jean

Ancien entraîneur de l'équipe de France féminine de biathlon

"Je pense qu'on va avoir une sacrée bagarre entre Justine (Braisaz-Bouchet), Julia (Simon) et Lisa (Vittozzi). Je vois bien le truc se jouer à rien, à la limite, à la dernière course", imagine Frédéric Jean, ancien entraîneur de l'équipe de France féminine de biathlon devenu consultant pour la chaîne L'Equipe.

"Julia a l'avantage d'avoir déjà été dans cette situation de jouer le classement général, Lisa peut-être aussi. Après, Justine est tellement au-dessus du lot sur les skis depuis le début de la saison... Elle marche sur l'eau", compare-t-il.

Les plus longues courses à venir pour la bataille finale

Pour le trio, la question est de savoir si elles auront repris leur souffle, une dizaine de jours seulement après la fin des Mondiaux. D'autant que sur la colline d'Oslo, ce sont les deux plus longs formats du biathlon qui les attendent, un individuel de 15 km jeudi et une mass start de 12,5 km samedi.

Le circuit mondial s'envolera ensuite vers l'Amérique du Nord pour les deux dernières étapes de l'hiver, d'abord aux États-Unis, à Soldier Hollow (Utah), là où avaient eu lieu les épreuves olympiques en 2002, puis au Canada, à Canmore, site olympique en 1988.