Des chercheurs savoyards aux Kerguelen pour retracer l'histoire du climat

Les chercheurs de l'université Savoie Mont-Blanc et de l'université norvégienne de Bergen sont aux Kerguelen / © EDYTEM - Université Savoie Mont-Blanc
Les chercheurs de l'université Savoie Mont-Blanc et de l'université norvégienne de Bergen sont aux Kerguelen / © EDYTEM - Université Savoie Mont-Blanc

Ils ont embarqué début novembre à bord du Marion Dufresne et sont arrivés sur les îles Kerguelen après deux semaines de traversée. Les chercheurs de l'Université Savoie Mont-Blanc vont rester sur place jusqu'à Noël pour effectuer des prélèvements.

Par Cécile Mathy

Les choses sérieuses ont commencé pour les chercheurs du laboratoire Environnement, Dynamiques et Territoires de Montagne (Edytem) de l'université Savoie Mont-Blanc.

Depuis une petite semaine, ils sont arrivés dans l'archipel des îles Kerguelen, terre française au milieu de l'océan Indien sub-antarctique.
 
Vue sur l'archipel des Kerguelen depuis le Marion Dufresne / © EDYTEM - Université Savoie Mont-Blanc
Vue sur l'archipel des Kerguelen depuis le Marion Dufresne / © EDYTEM - Université Savoie Mont-Blanc


Trouver les archives du climat 

Leur but : effectuer des prélèvements de sédiments sous les eaux de plusieurs lacs pour "reconstituer les variations de la taille des glaciers, via la datation de formes et dépôts périglaciaires et l’étude de sédiments lacustres".
Autrement dit : reconstituer l'histoire du climat.

Des opérations de carottage périlleuses

Ils ne disposent que de moyens de communication succints sur place mais voici les informations qu'ils ont réussi pour l'instant à faire parvenir.

Vendredi, ils ont début les opérations de carottage "en profitant d'une acalmie de vent". Ils ont ainsi passé pas moins de dix heures non stop sur la barge, au milieu du lac Guynemer, un lac alpin à proximité de la calotte Cook.
 
Les chercheurs ont débuté les carottages sur le lac Guynemer / © EDYTEM - Université Savoie Mont-Blanc
Les chercheurs ont débuté les carottages sur le lac Guynemer / © EDYTEM - Université Savoie Mont-Blanc


Record battu !

Une opération de longue haleine qui valait visiblement le coup puisqu'ils ont battu leur record de prélèvement en profondeur aux Kerguelen en atteignant des sédiments à 9 mètres sous le niveau de l'eau.

 
 

Mode de vie spartiate

Le moral semble bon malgré la vie à la dure dont ils font l'expérience dans l'archipel.

Pas plus de deux degrés dans les cabanes de bois amenées pour se loger. Côté nourriture, les chercheurs s'alimentent grâce aux provisions amenées à bord du navire ravitailleur des Terres Australes et Antarctiques Françaises, le Marion Dufresne.

 

La mascotte du collège Jules Ferry de Chambéry, qui accompagne les scientifiques de l'Edytem, prend le soleil sur les îles Crozet. / © EDYTEM - Université Savoie Mont-Blanc
La mascotte du collège Jules Ferry de Chambéry, qui accompagne les scientifiques de l'Edytem, prend le soleil sur les îles Crozet. / © EDYTEM - Université Savoie Mont-Blanc


Une mission suivie par des collégiens de Chambéry

Les élèves du collège Jules Ferry de Chambéry sont partenaires de l'équipe de chercheurs. Ils les ont rencontrés avant leur départ et mènent des projets pédagogiques en parallèle de la mission. Ils ont par exemple réalisé une carotte sédimentaire sous l'égide de leur professeur de physique-chimie. Leur mascotte, offerte aux scientifiques de l'Edytem, est partie dans les bagages des chercheurs. Elle a pu débarquer sur les îles Crozet, halte sur la route vers les Kerguelen.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus