• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

La compagnie Aka, entre Afrique et danse contemporaine à Chambéry

La compagnie Aka réussit le mariage étonnant entre danse traditionnelle d'Afrique et danse contemporaine. Sa création musicale "No Rules Anything Goes" est à voir au au théâtre Charles Dullin à Chambéry. Reportage en pleine répétition sur le plateau de l'Heure Bleue. 

Par France 3 Alpes

Sur le plateau de l'Heure bleue à Saint-Martin-d'Hères, les quatre danseurs répètent un mouvement de "No Rules Anything Goes", en Français "pas de règles, tout est permis". Cette création chorégraphique et musicale franco-africaine réunit deux musiciens, deux danseurs ivoiriens, Désirée et Anicet et deux ghanéens, Jude et Derrick.

Le projet artistique "No Rules Anything Goes" réunit ainsi trois pays, la France, la Guinée et la Côte d'Ivoire. La pièce musicale de la compagnie Aka s'interroge sur la question du pouvoir du langage et du langage du pouvoir. 

Inspiré d'un texte du dramaturge ghanéen Efo Kodjo Mawugbe, cette création repose sur les rapports de force, chacun des protagonistes incarnant une forme de soumission.  

"Ca parle de chacun d'entre nous, de la façon dont le monde, la société exerce sa pression sur les individus" explique le chorégraphe Joseph Aka. Qui que vous soyez où que vous soyez, il y a toujours une pression sur vos épaules, cela peut venir d'un gouvernement, de l'économie, de la société..."  

Dans "No rules", la gestuelle des danseurs puise à la fois dans les rythmes traditionnels africains mais aussi dans des mouvements chorégraphiques plus contemporains. Les racines de Joseph Aka ne sont jamais loin...

En tournée dans l'hexagone, "No Rules anything goes" fait escale les 18 et 19 novembre au théâtre Charles Dullin à Chambéry puis le 1er décembre à l'auditorium de Seynod.

Et aussi, une expo photos en écho à Vivian Maier


Instantanés intimes, instantanés d'humanité... Qu'elle saisisse des tranches de vie ou immortalise une scène de rue, la photographie est un révélateur de la société, de nos émotions aussi. Le regard de Simone Fratini est lui un regard de l'instant.

L'artiste espagnole Cristina Nunez a elle pris sa propre vie comme sujet d'étude. Lors d'une résidence à la Villeneuve de Grenoble, elle a sensibilisé des jeunes à la pratique de l'autoportrait.

Présentée par la Maison de l'Image conjointement à l'expo Vivian Maier, ces clichés sont à découvrir jusqu'au 21 novembre.

Reportage Damien Borrelly, Franck Céroni et Laetitia di Bin:
La Page Sortir du vendredi 13 novembre

 

Sur le même sujet

toute l'actu Danse

Abattage des platanes malades à Grenoble

Les + Lus