Covid-19. Savoie : un collectif d'intermittents du spectacle envahit l'Espace Malraux de Chambéry

Le mouvement lancé le 4 mars à Paris au Théâtre de l'Odéon fait boule de neige. Un collectif a envahi ce mardi 16 mars l'Espace Malraux de Chambéry. Une occupation appellée à durer "le plus longtemps possible" pour obtenir la réouverture des lieux de culture.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Une trentaine de théâtres sont désormais occupés à travers la France. "Nous voulions participer à cet élan", explique Amélie Piat, du Collectif "Retour à la bamboche" et "faire entendre notre voix, dans notre territoire. Nous sommes en contact avec des amis artistes dans différents théâtres occupés en ce moment, et on avait envie de partager cette émotion, cette envie de construire. Il fallait qu'on tente quelque chose à Chambéry, nous avons lancé des appels un peu partout, et c'est bien que les acteurs de la culture de la Savoie se lèvent à leur tour".

 

L'occupation a été mise en place en concertation avec les dirigeants de l'Espace Malraux, prêts à les accueillir. Dès hier soir, des membres du collectif ont préparé les lieux qui ne sont pas destinés à être un lieu de vie permanent. Ils ont installé tentes, hamacs, banderolles et lieux de restauration sur le pouce. Ils ont pris soin de ne pas entraver le travail des quelques troupes qui continuent malgré tout à répéter sur place.

 

 

On peut crier notre colère, mais on peut aussi la chanter, la danser"

 

Le mouvement est appelé à durer : "nous allons nous relayer", indique Amélie Piat "et organiser d'autres actions à partir d'ici dans le département, nous voulons crier notre colère, mais on peut aussi la chanter, la danser (...) organiser des événements qui nous rapprochent alors que les lieux où l'on peut se retrouver sont rares, et l'on s'aperçoit que nous avons à nos côtés de nombreux soutiens, de simples citoyens à qui la culture manque cruellement".

 

 

Le collectif rassemble des réseaux et des univers différents, pas exclusivement dans le monde du spectacle. "Il s'agit aussi de porter la parole des précaires et de ceux qui risquent de basculer dans la précarité. Nous demandons la réouverture des salles de spectacle, mais aussi des aides financières pour financer l'emploi".

 

Au même moment en Isère, la mobilisation s'organise aussi à Grenoble, avec une assemblée générale des artistes devant la MC2.

Une grande journée d'action est programmée le 25 mars, baptisée l'Assemblée Générale des Théâtres. Et ce week-end, les spectateurs seront invités à se rassembler devant le théâtre de leur ville pour soutenir le mouvement.