Malgré la crise sanitaire, Chambéry maintient son marché de Noël

Alors que les grandes agglomérations annulent à tour de bras leur marché de Noël, à Chambéry, il aura bien lieu du 5 au 24 décembre. Une bouffée d'air pour les artisans, au prix du respect des mesures sanitaires.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Jean-Luc Flémal / MAXPPP
Ludovic Goupil, artisan bijoutier, a retrouvé le sourire. Le préfet de Savoie a en effet autorisé la mairie de Chambéry à ouvrir le marché de Noël, ce qui, pour ce créateur, représente une grosse partie de son chiffre d'affaires. 

"Ça va apporter un rayon de soleil dans cette ambiance un peu tristounette que tout le monde vit actuellement. Et le fait qu’il y ait une petite parenthèse avec ce marché de Noël, je pense que ça va donner du baume au cœur à tout le monde, espère l'artisan. S’il faut respecter des normes et bien, on fera ce qu’il faut. Nous, on veillera à être vigilant auprès de tous les exposants pour qu’ils fassent vraiment ce qui est demandé, pour que ce marché de Noël puisse avoir lieu."


Vingt chalets de producteurs locaux 

La place Saint-Léger, à Chambéry, pourra accueillir vingt chalets du 5 au 24 décembre. Seuls les producteurs locaux seront conviés à ce rendez-vous incontournable des fêtes de fin d'année. Il faudra également respecter un sens de circulation et les gestes barrières en cette période de crise sanitaire, qui frappe durement la Savoie, département où le Covid-19 circule le plus rapidement
 
Les 650 commerçants du centre-ville aimeraient aussi être de la partie. Ils espèrent rouvrir en fin de semaine prochaine. "Il faut qu'on redonne le goût de la fête aux gens, parce qu’avec deux confinements, ça suffit !", assure Roger Vitton, commerçant. "Si on peut maintenir le marché alimentaire, on sait faire une circulation sur un marché de Noël, explique Raphaèle Mouric, adjointe au commerce de la ville de Chambéry. Le marché peut être contrôlé et apporter une bouffée d’oxygène aux Chambériennes et Chambériens, enfermés chez eux depuis maintenant bientôt un mois."
 
La mairie a également décidé de donner un coup de pouce aux restaurateurs en difficulté : 67 d'entre eux ne paieront pas leur bail du mois de novembre.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société économie