"On est dégoûtés, c'était notre réserve naturelle", une centaine de poissons retrouvés morts dans un cours d’eau pollué en Savoie

Une centaine de poissons ont été découverts morts ce samedi 13 avril sur le cours d'eau le Gelon, à hauteur de la commune de Valgelon-La Rochette, en Savoie due à une pollution des eaux. Une catastrophe pour la pêche et la biodiversité.

C’était ce samedi 13 avril, alors qu’il effectue des contrôles habituels sur le Gelon, un cours d’eau en Savoie, Georges Champlong, garde-pêche de l’AAPPMA (Association agréée de pêche et de protection des milieux aquatiques) est alerté par quelque chose d’anormal : "Je constate que le Gelon est sale, ce qui n’est pas normal au vu de la saison, d’autant qu’il n’y a pas eu de précipitations ces derniers jours", confie le garde-pêche.

Ce n’est que plus bas dans le cours d’eau qu’il découvrira des poissons morts par centaine. "En tout, on a repêché, ce jour-là, 125 poissons morts : 49 truites fario, 3 truites arc-en-ciel, 72 chabots et un ombre commun", détaille le garde-pêche.

Une catastrophe écologique

Les bancs de poissons morts s’étendent sur près de 300 mètres, au niveau de la commune de Valgelon-La Rochette. Une réelle catastrophe pour les pêcheurs du département, d’autant que cette pollution intervient huit ans après une première pollution du cours d’eau qui avait coûté la vie à des centaines de poissons.

"On est dégoûtés, lâche le garde de pêche, c’est un travail de dix années qui tombe à l’eau, il y avait des truites de plus de 50 centimètres. Et puis en ce moment, c’est la saison de reproduction pour les ombres communs. C’était notre réserve naturelle ici", ajoute Georges Champlong.

Pour l’Office national de la biodiversité (OFB), au-delà d'être catastrophique pour les pêcheurs, cette hécatombe n'est pas sans conséquence pour la biodiversité locale.

"C’est très impactant pour la biodiversité et le patrimoine piscicole de la Savoie. Ce ne sont pas des poissons qui avaient été lâchés ici, ils étaient d’origine sauvage. Il y avait une préservation du cours d’eau qui permettait que les truites se reproduisent naturellement", dit Arnaud Chartrain, chef de service à l'OFB d'Aiton. 

Enquête en cours 

D’ici la fin de semaine, un inventaire piscicole devrait être réalisé par les équipes de la Fédération de pêche de Savoie pour évaluer de manière plus précise la mortalité des poissons due à cette pollution. L’AAPPMA a déposé plainte à la gendarmerie et une enquête est ouverte. Elle est menée par l’OFB de la Savoie, pour déterminer les origines de cette pollution des eaux.

Lors de la dernière pollution en 2017, les investigations menées par l'OFB n'avaient pas permis de déterminer les origines de la pollution.