Savoie : le maire de Chambéry, Thierry Repentin, prend la tête de l'Agence nationale de l'habitat

Le maire de Chambéry, Thierry Repentin, a été nommé par le gouvernement pour presider l'Agence nationale de l'habitat (Anah), ce mercredi 14 octobre. Ancien ministre sous François Hollande, le Savoyard est un fin connaisseur du monde du logement.

Le maire de Chambéry a été nommé, ce mercredi 14 octobre, à la tête de l'Agence nationale de l'habitat (Anah)
Le maire de Chambéry a été nommé, ce mercredi 14 octobre, à la tête de l'Agence nationale de l'habitat (Anah) © Norbert Falco/MaxPPP
L'Agence nationale de l'habitat (Anah), a dévoilé, ce mercredi 14 octobre, le nom de son prochain président. Et, ce n'est autre que Thierry Repentin, le maire (PS) de Chambéry.

Ce fin connaisseur de l'habitat a été nommé par le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, et la ministre déléguée au Logement, Emmanuelle Wargon. Il prendra la succession de Nathalie Appéré, la maire PS de Rennes en fonction depuis 2015.

L'Anah dépend du ministère du Logement et octroie aux ménages les aides à la rénovation des logements. L'organisme joue un rôle central dans la politique du gouvernement qui vient de faire de la rénovation énergétique l'un des grands axes de son plan économique de sortie de la crise du coronavirus.
   

Un habitué de l'habitat

Thierry Repentin a été ministre délégué à deux reprises lors du quinquennat du président socialiste François Hollande. Entre 2012 et 2014, il s'est successivement occupé de la Formation professionnelle et des Affaires européennes. Des fonctions bien étrangères au monde du logement. Mais cet ancien sénateur a notamment été "à l'origine de dispositifs favorisant la construction de logements sociaux, de la création de la taxe sur les logements vacants et de plusieurs propositions de loi et rapports sur l'habitat", rappelle le gouvernement dans son communiqué.
 
Après son passage au gouvernement, M. Repentin a occupé diverses fonctions publiques liées au logement, à la tête de la Commission nationale de l'aménagement, de l'urbanisme et du foncier, puis du Conseil supérieur de la construction et de l'efficacité énergétique.

C'est donc en connaissance de cause que le maire de Chambéry accède à ses nouvelles fonctions. Bien avant tout cela, il a également été conseiller de Ségolène Royal, lors de sa candidature malheureuse à la présidentielle de 2007. Encore une fois, il supervisait pour elle les questions de logement. Il a ensuite occupé la tête de l'Union sociale pour l'habitat (USH), qui rassemble tout le monde HLM. 

Dans les dernières lignes son CV, figure également la présidence de la société mixte qui exploite le tunnel du Mont-Blanc.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement société