Vigiles blessés par des coups de feu à Chambéry : le tireur mis en examen pour tentatives d'assassinats et écroué

L'homme avait ouvert le feu samedi sur des vigiles qui lui avaient demandé son pass sanitaire, dans le cadre de l'organisation de la course Odysséa, contre le cancer du sein.

La préméditation a finalement été retenue par le juge d'instruction, dans l'enquête sur l'agression à l'arme à feu perpétrée samedi par un individu sur deux vigiles à Chambéry. L'homme a été mis en examen ce lundi soir pour "tentatives d'assassinats" et écroué, a confirmé le parquet de Chambéry.

Les faits se sont déroulés samedi en fin d'après-midi au parc du Verney, à l'occasion de la course Odysséa contre le cancer du sein. Seules les personnes disposant d'un pass sanitaire étaient autorisées à accéder à l'événement. Un homme "sérieusement alcoolisé" et sans pass a été refoulé par les vigiles.
 

Reparti chercher une arme

Ce dernier a quitté les lieux, puis il est revenu, armé d'un revolver. Il a alors tiré à deux reprises sur deux vigiles, les blessant légèrement, l'un à un doigt, l'autre à l'abdomen. 
 


Arrêté près de la gare, il a été placé en garde à vue. Il a été entendu après un passage en cellule de dégrisement. Présenté à la justice ce lundi, il a donc été écroué à l'issue de son audition par le juge d'instruction. Le fait que l'homme soit retourné chercher une arme à feu a donc incité la justice à le poursuivre pour "tentatives d'assassinats".

Dans un communiqué, le maire de Chambéry Thierry Repentin avait condamné "ce geste d'une violence inouïe" et salué "le courage des témoins qui sont immédiatement intervenus et l'efficacité des services de secours, au premier rang desquels la police municipale dont un agent a interpellé l'auteur présumé des tirs".
 


La victime, blessée à l'abdomen, dont "le pronostic vital n'est pas engagé", est toujours hospitalisée. L'autre vigile a pu sortir de l'hôpital.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers société