Covid-19 et ski : les Coupes du monde prévues en décembre dans les Alpes ne sont pas menacées, estime la Fédération

Le président de la Fédération française de ski (FFS) Michel Vion a assuré ce jeudi  29 octobre que "les compétitions internationales prévues en France en décembre n'étaient pas menacées par le reconfinement" annoncé mercredi par le gouvernement.Il affiche en tout cas sa confiance.
La piste de skicross de Val Thorens
La piste de skicross de Val Thorens © Fédération Internationale de ski
Alors que le reconfinement généralisé prend effet ce soir, Michel Vion affiche une belle confiance, et affirme que les compétitions internationales prévues en décembre ne devraient pas en souffrir.

La France doit accueillir avant la fin de l'année quatre week-ends de compétitions de Coupe du monde de ski alpin (Val d'Isère les 5, 6, 12, 13, 18, 19 et 20 décembre, Courchevel les 12 et 13 décembre) et une Coupe du monde de skicross à Val Thorens les 4 et 5 décembre.

Emmanuel Macron a annoncé le retour du confinement sur tout le territoire national "à partir de vendredi" et jusqu'au 1er décembre, a minima, en raison de la pandémie de nouveau coronavirus.

Des compétitions sans doute à huis-clos

 "Nos Coupes du monde ne sont pas remises en cause car ce sont des évènements internationaux majeurs et qu'elles sont liées à des droits TV", a indiqué Michel Vion, qui explique s'appuyer sur les précisions apportées par le ministère des Sports aux fédérations.

La ministre déléguée aux Sports Roxana Maracineanu a annoncé ce jeudi à l'Assemblée nationale la "continuité" du sport professionnel en France.

"Par contre les conditions d'organisation seront difficiles, a ajouté M. Vion. On pensait inviter des partenaires, des VIP, mais ça risque de tomber à l'eau. Ce sera sûrement à huis clos."
  Si le patron de la FFS ne semble pas inquiet quant à la tenue des événements, reste que les compétiteurs, mal gré l'exigence du protocole ne sont pas forcément à l'abri de contacter le virus...
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 ski sport stations de ski économie tourisme