• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

L'éboulement du Granier filmé par un chercheur du labo ISTerre de Grenoble

Le flanc Nord du Granier s'éboule un peu toute l'année. En ce moment, à cause du regel, puis du réchauffement, c'est plus intense. 4 mois après le pilier Ouest, côté Entremont le Vieux, c'est actuellement le pilier Est, côté Chapareillan, qui s'effrite. Un chercheur grenoblois a filmé l'événement. 

Par Jean-Christophe Pain

Depuis ce week-end, le pilier Est du flanc Nord du Granier s'effrite plus intensément que d'habitude. Hier, mardi 3 mai, David Amitrano, spécialiste en géomécanique, a filmé un éboulement très parlant. A 9H11, sur la route qui monte de Chapareillan au col du Granier, David Amitrano faisait justement des photos pour reconstruire dans son laboratoire le relief de toute la falaise du Granier. Objectif: calculer le volume des blocs de roche qui tombent de la montagne. 

Au départ, j'entends beaucoup de bruit, mais je ne vois pas grand chose..."





"Au départ, j'entends beaucoup de bruit, mais je ne vois pas grand chose..."explique David Amitrano. "J'ai commencé à filmer en bas, le cône d'éboulis, et c'est là que j'ai entendu un bruit beaucoup plus important qui provenait du sommet de la falaise. Et j'ai vu le bloc dévaler le ravin du Diable, rebondir sur les parois... " C'est justement l'objet d'étude du chercheur, qui cherche à comprendre quelles sont les causes de "rupture des roches" au Saint-Eynard, ou au Chambon, par exemple. Son travail: constituer une sorte de catalogue de ces événements. Il est enseignant-chercheur au laboratoire grenoblois ISTErre de l'Université Grenoble-Alpes. 

David estime la chute de roches d'hier matin à quelques milliers de mètres cube. C'est à dire 100 fois moins que l'éboulement de janvier survenu côté Entremont, estimé lui à 120 000 mètres cube au total, sur la base de l'écho sismique causé par l'impact des roches au sol, et enregistré par le réseau Sismalp. Selon le chercheur, les plus gros blocs filmés dans sa vidéo atteindraient entre 10 ou 20 mètres cube, soit à peu près le volume d'une petite piscine hors sol. Pour entre 25 et 50 tonnes de roche !

Toutes les falaises autour de nous s'érodent..."

David Amitrano rappelle que pratiquement toutes les falaises autour de Grenoble s'érodent. Le Saint-Eynard "lâche" 10 mètres cube au moins tous les 3 jours. Il s'agit d'un processus géologique normal. Plus ou moins vite, plus ou moins intensément, en fonction de la météo mais pas seulement. Le Granier et la Dent de Crolles sont constitués tous deux de calcaire urgonien, vieux d'environ 100 millions d'années. Mais c'est le Granier qui s'effrite, parce qu'il a été beaucoup plus fracturé au cours de son histoire géologique. 

© David Amitrano ISTerre Université Grenoble-Alpes
© David Amitrano ISTerre Université Grenoble-Alpes

Comme disent les anciens, "Bien chaud, bien froid, sous la falaise ne te promène pas!" Fabien Hobléa, enseignant-chercheur au labo Edytem de l'Université Savoie-Mont-Blanc, nous rappelle en effet que la période d'intense activité d'écroulement correspond à une météo bien particulière. Actuellement comme en janvier. L'eau qui s'infiltre dans les plis de la roche érodée friable gèle la nuit. En prenant du volume, elle décolle encore un peu plus les roches fragilisées. Et quand, dans la journée, le soleil vient chauffer la falaise, la glace fond. Elle ne retient plus les roches qui se détachent et tombent de la montagne.

C'est en tout cas le scénario le plus plausible en l'état actuel de nos connaissances. La montagne garde jalousement ses secrets. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Mois sans tabac : l'hypnose de plus en plus choisie pour arrêter de fumer

Les + Lus