En Savoie, des étudiants et des lycéens bivouaquent en montagne pour préparer une expédition en Antarctique

Une équipe d'étudiants va bivouaquer sur le domaine des Arcs, ces 6 et 7 mars, dans le cadre de sa future expédition en Antarctique. Ils invitent pour l'occasion des lycéens de Bourg-Saint-Maurice (Savoie) afin de les sensibiliser à la recherche et la nature.

De gauche à droite : Olivier Smith, Baptiste Arnaud, Clément Astruc-Delor, Lana Lenourry, Niels Dutrievoz et Margot Legal.
De gauche à droite : Olivier Smith, Baptiste Arnaud, Clément Astruc-Delor, Lana Lenourry, Niels Dutrievoz et Margot Legal. © Juste 2.0°C

Recherche, aventure et sensibilisation sont les maîtres-mots du projet d'étude de six étudiants de l'École normale supérieure. Avant de prendre le large en septembre prochain pour une expédition en Antartique, ils vont bivouaquer en montagne, ces 6 et 7 mars prochains, dans le domaine des Arcs, sur le périmètre du col de la Chal.

Pour l'occasion, ils ont convié six lycéens du Club montagne de la cité scolaire de Bourg-Saint-Maurice, en Savoie, à vivre avec eux cette expérience. Le départ est prévu le samedi 6 mars matin, de la station des Arcs. L'équipée montera en raquette avant de planter leur camp pour passer la nuit en altitude.

"La salle de classe la plus belle du monde"

Au programme : construction d'igloo et expériences scientifiques en pleine nature, comme par exemple la mesure de l'intensité lumineuse. "La démarche est pédagogique, c'est la première fois que l'ont sort avec des jeunes sur le terrain, c'est la salle de classe la plus belle du monde" raconte Niels Dutrievoz, l'un des membres de l'expédition Antarctique 2.0 °C.

"Sciences et envie de rêver"

Depuis le lancement du projet, il y a deux ans, le groupe d'étudiants multiplie les interventions dans plusieurs établissements en France. Ils ont proposé aux enseignants de tous niveaux scolaires, des ateliers, exercices et vidéos de vulgarisation scientifique pour intégrer les jeunes dans leur projet d'expédition.
 

Le voilier Lun II, un ancien bateau de pêche utilisé pour l'expédition.
Le voilier Lun II, un ancien bateau de pêche utilisé pour l'expédition. © Juste 2.0°C

 

Les élèves ont la possibilité de développer une réflexion scientifique et de formuler des hypothèses qui pourront être testées sur le terrain de l'Antarctique par l'équipe d'étudiants. "J'ai déjà rencontré des élèves de primaire et ils sont à fond. En même temps, ce sont des régions qui fascinent, je me mets à leur place, c'est un peu comme s'ils voyageaient un peu avec nous" confie Niels Dutrievoz.

"Ce projet permet de concilier la passion du milieu polaire, la volonté de faire des sciences et l'envie de rêver". Originaire de Bourg-Saint-Maurice, le normalien nourrit depuis son enfance une attirance pour les grands espaces montagneux.

Dans la réalisation de cette expédition avec ses camarades, outre l'envie de sensibiliser, l'objectif est d'étudier l'impact humain sur l'éco-système polaire. Pour mener ces recherches, plusieurs disciplines sont mobilisées : biologie, chimie, géosciences ou encore sciences sociales.

Jamy Gourmaud, Delphine Lannuzel, Mike Horn

Jamy Gourmaud, l'un des parrains de l'expédition Antarctique 2.0°C
Jamy Gourmaud, l'un des parrains de l'expédition Antarctique 2.0°C © Mathieu Poupon

En soutien, trois personnalités ont accepté de parrainer ces jeunes mercenaires de la science : Jamy Gourmaud, l’animateur scientifique des émissions "C’est pas sorcier", la scientifique Delphine Lannuzel, experte de la banquise et l’aventurier Mike Horn.

Niels Dutrievoz et ses compagnons embarqueront en septembre prochain pour un voyage de six mois à bord du voilier Lun II, un ancien bateau de pêche qui a déjà connu plusieurs vies. Armé comme un navire polaire pour cette expédition, il va également être équipé d’un véritable laboratoire flottant. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Antarctique 2.0°C (@antarctique2.0c)

Ils devraient ensuite passer deux mois sur une base scientifique du continent au nord de la péninsule. À distance, via une plate-forme, les élèves pourront suivre leurs aventures et dialoguer. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montagne nature sciences culture