Cet article date de plus de 8 ans

Grand suspense sur La Grande Odyssée

À la veille de l'arrivée de La Grande Odyssée, le leader a toujours de l'avance mais derrière on se bat pour le rattraper. 
Mardi 22 janvier, pour cette ultime et 9e étape qui se court en deux parties avec un bivouac à la base polaire au col du Mont Cenis, la météo était au rendez-vous.

Le départ d’Aussois pour une demi étape de 86 km a été donné à 15 heures sous un beau soleil et un grand ciel bleu. La trace a conduit les 17 concurrents sur le plateau des Arponts avant de redescendre vers Sardières, puis Termignon.

Ce parcours permet aux mushers de sillonner toute la vallée par Bessans et jusqu’à Bonneval puis au dessus jusqu’au hameau de l’Ecot. L’ensemble du massif de Haute Maurienne Vanoise est très enneigé, permettant d’offrir une belle glisse aux attelages et un paysage magnifique.

Dès les premiers kilomètres, la lutte était serrée entre les trois concurrents pour le podium. Le Slovaque Milos Gonda tenta à plusieurs reprises une échappée, mais Jean-Philippe Pontier, qui le devance de 4’18’’ au classement général, est longtemps resté dans sa trace. Finalement Gonda est arrivé en tête au bivouac avec une petite avance sur le Français tandis que le leader Jiri Vondrak, 3e au col, garde son avance confortable à la veille du dernier tronçon.

durée de la vidéo: 00 min 32
Grande Odyssée : 1ère partie de la dernière étape

Après une courte nuit sous tente et les soins apportés aux chiens, les concurrents de La Grande Odyssée devront avaler 88 km de la base polaire jusqu’à Bessans, puis Lanslevillard, Termignon et retour vers le fond de vallée pour franchir la ligne d’arrivée au pied du télésiège de la Ramasse au cœur de Val Cenis Lanslebourg.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
la grande odyssée sport montagne