INTERVIEW. Michel Pinel : “quand on saura ce qui est arrivé à Anne-Cécile, on sera moins tourmentés”

Les parents d'Anne-Cécile Pinel. / © France 3.
Les parents d'Anne-Cécile Pinel. / © France 3.

Les parents d'Anne-Cécile Pinel vont se rendre en Croatie. Près de 4 ans après la disparition de leur fille Anne-Cécile lors d'un concert, ils veulent connaître les circonstances de sa mort. Ils prévoient de rencontrer la justice et les autorités locales. Michel Pinel nous a accordé une interview.

Par Yann Gonon

Ils veulent comprendre dans quelles circonstances leur fille de 23 ans est morte il y aura bientôt 4 ans. Michel et Ghislaine Pinel, les parents d'Anne-Cécile vont se rendre prochainement en Croatie. Ils vont rencontrer les autorités locales et la police alors que l'enquête semble piétiner. A quelques jours de leur départ, le père d'Anne-Cécile nous a accordé un entretien.


Qu'allez-vous faire en Croatie ?



Michel Pinel : "Nous sommes attendus jeudi prochain (le 7 juin 2018) à Zagreb. Avec l'ambassade de France, nous allons faire le déplacement sur le lieu de la découverte du corps. Cela nous permettra de jauger plus exactement les distances qu'il y a entre les différents lieux : celui du stationnement du fourgon d'Anne-Cécile, celui où des témoins affirment l'avoir vue et celui où on a retrouvé ses effets personnels".

"Nous rencontrerons aussi le procureur de Zagreb et l'officier de police chargé de l'enquête pour faire un point sur l'avancée de l'enquête. Nous voulons savoir où ils en sont, quelles sont les conclusions et aussi que sont devenus tous les scellés".


Vous manquez d'information sur l'enquête ? 



Michel Pinel : "On est au courant de rien. Grâce à notre avocate, on sait juste qu'il n'y a pas de conclusion qui prédomine entre l'accident et l'homicide".


Les enquêteurs ne communiquent pas entre la France et la Croatie ? 



Michel Pinel : "Côté Français, on a pas la procédure croate traduite et côté Croate, je ne suis pas persuadé qu'ils ont les élements de la procédure en France. Il n'y a jamais eu d'enquêteurs français qui se sont rendus en Croatie".


Vous avez l'impression qu'il y a un blocage de la part de la justice en France ?



Michel Pinel : "Les réponses de la justice, c'est qu'on a pas envie d'aller plus loin parce qu'on ne pourra pas trouver un coupable. Et puis on a dit qu'Anne-Cécile se droguait. On l'a classée dans une catégorie de population qui, sans doute, ne mérite pas qu'on s'intéresse à elle".


Une autopsie a eu lieu en Croatie, a-t-elle permis à l'enquête d'avancer ? 



Michel Pinel : "Le crâne avait 2 petits trous et un certain nombre de fissures. On voudrait connaître l'origine des 2 petits trous. Les fissures, ça peut être un choc dû à une chute ou à tout autre événement. Pour l'instant, les enquêteurs disent qu'ils ne peuvent pas privilégier une hypothèse ou une autre".


Comprendre ce qui s'est passé vous aidera à faire votre deuil ? 



Michel Pinel : "Les parents ne font jamais le deuil de la disparition d'un enfant. C'est pas possible ! Anne-Cécile est dans sa tombe à 200 mètres de la maison. Une fois qu'on saura ce qui lui est arrivé, je ne dirais pas qu'on sera plus en paix, mais on sera moins tourmentés"!


A lire aussi

Sur le même sujet

Suicide d'une employée mucinipale à Chambéry : la famille dénonce un harcèlement au travail

Les + Lus