La mort de Lionel Véronèse "n'était pas préparée", selon la chambre de l'instruction de Chambéry

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Alpes

Retrouvé mort fin avril 2012 dans les Bouches-du-Rhône, Lionel Véronèse n'aurait pas été assassiné. C'est en tout cas la conclusion de le chambre de l'instruction de Chambéry qui vient de requalifier les chefs d'accusation de Mikaël Boeuf, Nathalie Perrier et Philippe Perrier. 

Pour la chambre de l'instruction, Lionel Véronèse a été tué dans une voiture qui roulait. Difficile dans ce cas de parler de préméditation. Mikaël Boeuf et Nathalie Perrier sont donc désormais accusés de "meurtre" et "d'enlèvement, détention et séquestration suivis de mort". L'époux de Nathalie, Philippe Perrier, est, lui, soupçonné de "recel de cadavre" et "destruction de preuve". Le procès doit avoir lieu devant la cour d'Assises courant 2015.

Récit Maxence Régnault
durée de la vidéo: 01 min 06
Affaire Véronèse : Accusés de meurtre

Le corps de Lionel Véronèse, ancien propriétaire de bars de nuit en Savoie, avait été découvert en partie calciné à Carry-le-Rouet. Les enquêteurs avaient d'abord pensé à un règlement de comptes dans "le milieu" mais, après l'identification du corps, c'est en Savoie que l'enquête s'était dirigée. Trois semaines plus tard, Philippe Perrier, issu d'une famille de viticulteurs savoyards bien connue, était mis en examen et écroué à la maison d'arrêt d'Aiton. Son épouse était, elle aussi, emprisonnée, tout comme un ami du couple, Mikaël Boeuf.

Les trois suspects avaient d'abord nié être impliqués dans ce meurtre. Mais l'enregistrement d'une caméra de vidéosurveillance, à hauteur d'une barrière autoroutière, avait permis de confondre les inculpés. Nathalie Perrier avait ensuite craqué et décrit le déroulement des faits. Elle expliquait avoir eu une relation extra-conjuguale avec la victime, Lionel Véronèse. En manque d'argent, Véronèse l'aurait faite chanter: des petites coupures contre son silence.

Elle lui aurait donné le code du coffre fort familial, ce qui justifiait l'étonnant cambriolage commis au domicile des Perrier, quelques jours avant le meurtre. Le butin n'ayant pas suffi à le faire taire, Nathalie Perrier aurait alors fait appel à un ami de la famille, Mikaël Boeuf. Chargé de "faire peur", il serait allé au-delà, tuant Véronèse avec une arme à feu. La suite se serait jouée avec Philippe Perrier à qui Nathalie avait tout avoué. Le mari aurait participé à la dissimulation du corps, retrouvé brûlé avec une balle dans la tête.