Les lacs d'altitude se forment à grande vitesse dans les Alpes, sous l'effet du réchauffement climatique

Les massifs alpins voient naître des lacs d'altitude de plus en plus rapidement. Le réchauffement climatique, d'autant plus marqué en montagne, est à l'origine de ce phénomène.

Les lacs d'altitude naissent à une vitesse accélérée dans les Alpes, sous l'effet du changement climatique.
Les lacs d'altitude naissent à une vitesse accélérée dans les Alpes, sous l'effet du changement climatique. © Vincent Isore / MAXPPP
A mesure que le climat se réchauffe, les paysages de montagne se métamorphosent. La neige fond, libérant des espaces où naissent de nouveaux lacs d'altitude sous l'effet du recul des glaciers. Le lac de l'Arpont, du Grand Méan... Dans le massif de la Vanoise, en Savoie, 35 se sont formés en quarante ans. C'est ce qu'écrit le naturaliste Jean-Pierre Martinot dans son livre "Les lacs de Savoie : du Bourget aux lacs nouveau-nés" co-écrit avec le glaciologue Hugo Mansoux et illustré par Philippe Béranger.

"C'est un phénomène d'accélération qui est profondément lié au changement climatique", selon le passionné de montagne et grand spécialiste des lacs d'altitude, Jean-Pierre Martinot. Ces lacs seraient-ils alors des "sentinelles du réchauffement de la planète" ? C'est la thèse de Jérémie Gaillard, chercheur en écologie aquatique, affirmant que "c'est une évolution très rapide qu'on observe tous les jours à mesure qu'on fait des prélèvements et des analyses sur ces sites."

L'apparition de lacs d'altitude n'est pas une nouveauté. C'est plutôt l'accélération de la cadence qui inquiète les scientifiques, le symptôme de la fonte rapide des glaciers alpins. Aussi, la biodiversité locale peut s'en trouver bouleversée avec l'arrivée de nouvelles espèces animales et végétales.

 

Eaux polluées


Pendant que certains lacs naissent, d'autres meurent. C'est le cas du lac Guichard au col de la Croix de Fer. Vieux de 10 000 ans au moins, il disparaît peu à peu. "Un lac naît, devient adulte et, peu à peu, devient sénescent (vieillissant, NDLR) parce que la végétation va l'envahir", ajoute Jean-Pierre Martinot, ancien chargé de mission au Parc de la Vanoise, retraçant le cycle de vie d'un lac d'altitude.

Si ces géants, perchés sur les sommets des Alpes, peuvent sembler intouchables, ils sont en fait aux avants-postes du changement climatique. "Ils subissent eux comme nous des modifications qui sont plus ou moins brutales, plus ou moins rapides", ajoute M. Gaillard. Outre le réchauffement, les lacs d'altitude sont victimes de la pollution.
 
Plomb et microplastiques pullulent dans leurs eaux. La couleur des lacs blancs, situés à très haute altitude, proche du front des glaciers, peut même être affectée : "A mesure que le glacier fond, il amène avec ses eaux un certain nombre de minéraux qui donnent sa couleur laiteuse au lac." Et lorsque le lac se déconnecte du glacier, poursuit le chercheur, il perd sa couleur caractéristique.

Jean-Pierre Martinot signe aujourd'hui ce livre pour partager sa passion et ses observations naturalistes. "Je pense à mes petits enfants (...) et je me dis que j'espère qu'ils auront encore la chance de voir des lacs apparaître, raconte-t-il. Ca ne sera peut-être pas possible d'ici un demi-siècle parce que les glaciers auront disparu. Partager cette passion en écrivant un livre, c'est apporter mon petit grain de sable pour éteindre un incendie sur notre planète."

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
réchauffement climatique environnement montagne nature