• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Semaine de la réduction des déchets à Chambéry: “Donnez, prenez, réparez!”

La zone de gratuité, ça ressemble au troc mais sans intermédiaire / © France 3 Alpes
La zone de gratuité, ça ressemble au troc mais sans intermédiaire / © France 3 Alpes

"Donnez, prenez, réparez" sont les mots d'ordre de la nouvelle édition de la semaine européenne de la réduction des déchets, qui se déroule jusqu'au 24 novembre dans l'agglomération chambérienne. On y donne des objets tout de suite récupérés. 

Par France 3 Alpes

Inciter les habitants à mieux consommer et à donner une seconde vie aux objets, c'est le défi de l'agglo de Chambéry en ce moment. Au programme, des stands de sensibilisation à l'éco-consommation dans les centres commerciaux, des itinéraires de la réparation mais aussi des zones de gratuité dans une déchetterie. Ici, il y a ceux qui apportent et ceux qui récupèrent dans la foulée.

DMCloud:129855
La récup' à Chambéry
Intervenante : Séverine Estienne, animatrice bio-déchets

3% des déchets sont "ré-employables"


Chaque habitant de Chambéry métropole produit 564kg de déchets par an (comprenant les déchets des entreprises et organisations) qui se retrouvent dans les poubelles d'ordures ménagères et conteneurs de tri (341kg) ou dans les déchetteries (223kg). L'objectif du programme de réduction des déchets de l'agglomération est de réduire de 7% en  cinq ans la quantité globale d'ordures ménagères produites sur le territoire.

En 2012, 5500 tonnes de déchets tout-venants ont été collectés dans les quatre déchetteries de l'agglo. Un tonnage en constante évolution, de près de 6% par an depuis 2010. Cela représente 42kg de déchets traités par habitant et par an sur le territoire. Dans ce tonnage, près de 700 tonnes devraient être évitées: environ 3% de ces déchets sont directement ré-employables, et 10% réparables…

Pour la Collectivité, il est donc temps de se poser les bonnes questions avant de jeter un objet: peut-il être réparé, peut-il être transformé ou redécoré? Peut-il être donné ou même revendu? Autant de questions qui pourraient éviter de jeter près de 13 kg par an et par personne si chacun avait le réflexe de réparer, vendre ou donner des objets encore en bon état dont il n'a plus l'utilité. D'autant plus que ces gestes sont souvent bons, aussi, pour le porte-monnaie!

Sur le même sujet

Europe : Comment les citoyens peuvent changer les choses

Les + Lus