Ski alpin : le sort favorable à Pinturault avec l'annulation du super-G de Kvitfjell

Alexis Pinturault pendant un entraînement avant les épreuves de Coupe du monde de ski alpin à Kvitfjell (Norvège). / © Stian Lysberg Solum / NTB Scanpix / AFP
Alexis Pinturault pendant un entraînement avant les épreuves de Coupe du monde de ski alpin à Kvitfjell (Norvège). / © Stian Lysberg Solum / NTB Scanpix / AFP

Alexis Pinturault voit ses chances de décrocher le gros globe de cristal grandir après l'annulation du super-G de Kvitfjell, épreuve dont son rival au classement, Kilde, était le favori.

Par M.D. avec AFP

C'est un sacré coup de pouce que vient de recevoir le Savoyard. L'annulation du super-G de Kvitfjell (Norvège) prévu dimanche 8 mars devrait profiter à Alexis Pinturault dans sa quête du Graal du skieur, le gros globe de cristal.

Car celui qui faisait figure de grand favori de la course n'est autre que son rival, le Norvégien Aleksander Aamodt Kilde, leader du classement général de la Coupe du monde. Celui qui voulait profiter du super-G à domicile pour creuser l'écart se retrouve sur le fil avec seulement 54 points d'avance sur le Français.
 

Les finales prévues en Italie étant annulées à cause de l'épidémie de Covid-19, il ne reste que deux courses cette saison : un géant puis un slalom samedi et dimanche à Kranjska Gora (Slovénie). Deux épreuves qui sont favorables à Pinturault.

"C'est une bonne chose pour moi, surtout parce que j'avais le dossard numéro 1 avec la neige qui tombait", a expliqué Alexis Pinturault qui devait ouvrir la course. Un désavantage en cas de chutes de neige, le premier devant "déblayer" la piste pour les suivants.

"On a eu toutes les conditions. Tôt ce matin c'était correct puis le brouillard s'est installé. En bas de la piste c'était plutôt de la pluie, ce qui a transformé la neige. Les organisateurs n'arrivaient plus à évacuer et à travailler la piste", a-t-il également déclaré dimanche.

 

Retard rattrapable


La veille, Alexis Pinturault s'était élancé sans grand espoir d'une descente peu probante, terminant 37e de l'épreuve à laquelle il participait pour la première fois depuis sept ans. L'annulation du super-G paraît donc faire pencher le gros globe de cristal de son côté, mais il reste prudent.
 

"Pour moi le grand gagnant c'est Henrik Kristoffersen (3e au classement général), il perd zéro point sur Kilde et sur moi. Je suis le deuxième gagnant du jour car le super-G c'est surtout la discipline forte de Kilde, analyse le Savoyard. Il reste leader, je lui donne comme hier toujours 50% de chances de gagner (le général), 35% pour moi et 15% pour Kristoffersen." 

Pour Henrik Kristoffersen, le calcul est simple : 3e avec 161 points de retard sur son compatriote, il doit au moins valider une victoire et une deuxième place sur les deux courses restantes, tout en espérant un faux-pas de ses adversaires.
 
Capable de gagner en géant comme en slalom, Alexis Pinturault a, lui, largement les moyens de rattraper 54 points sur Aleksander Kilde, la victoire valant 100 points, la 2e place 80, la 3e 60 et la 4e 50. Ce dernier devrait marquer des points en géant, discipline où il est performant et régulier cette saison avec cinq top-6 en sept courses. "Ce n'est pas fait, j'ai déjà eu des échecs en géant et en slalom, et le facteur chance entre en compte, aujourd'hui par exemple ça en fait partie", assure-t-il.

 

Le petit globe pour Caviezel


Si la météo a joué en sa faveur dimanche, elle pourrait se retourner pour Kilde en cas d'annulations de courses dans les jours prochains à Kranjska Gora. L'incertitude règne également avec l'évolution de l'épidémie de coronavirus, dont au moins un cas a été détecté en Slovénie.

Kranjska Gora se situe à environ 5 kilomètres de la région italienne de Frioul-Vénétie julienne, pas concernée pour l'heure par les mesures de quarantaine décidées par le gouvernement italien dans la nuit de samedi à dimanche.

L'annulation du super-G a fait un autre heureux dimanche : le Suisse Mauro Caviezel qui remporte ainsi à 31 ans le globe de la spécialité, son premier en carrière, avec seulement trois points de plus que l'Autrichien Vincent Kriechmayr.

Après les globes de Corinne Suter en descente et en super-G et celui de descente pour Beat Feuz, la Suisse fait main basse sur tous les trophées des disciplines de vitesse.

 

Sur le même sujet

Les + Lus