VIDEO. Covid-19 : le maire de Valloire donne le numéro de portable de Jean Castex aux vacanciers et fait mouche

Un faux numéro pour un vrai coup de com..Jean-Pierre Rougeaux ce mercredi 24 février a de quoi être content de lui et a bien le droit d'en rire, au nombre de coups de fil qu'il a reçus de la presse qui voulait s'assurer que l'édile avait bien bluffé. Opération communication rigolote et réussie

Compliqué en effet, à certains moments de la journée, de faire respecter la distanciation à Valloire
Compliqué en effet, à certains moments de la journée, de faire respecter la distanciation à Valloire © France 3 Alpes

"Peut-être aurez-vous remarqué quelques dysfonctionnements ou peut être aurez-vous subi quelques contrariétés pendant votre séjour à Valloire, suite à la fermeture des remontées mécaniques. Nous en sommes désolés, et nous vous conseillons au travers de ce numéro de téléphone de faire remonter vos impressions : 06 11 22 33 44, mais s’il vous plait ne le divulguez pas trop, c’est celui de JEAN CASTEX !!!!!"  avait écrit hier après-midi sur sa page Facebook,  le maire de Valloire.

Un post repéré illico par nos confrères de France Bleu Pays de Savoie, qui révèlent la supercherie : le numéro est un faux ! 

Derrière le "canular du téléphone" s'amuse le journaliste Christophe Van Veen, se cache en réalité "l'appel de détresse" d'un professionnel de la montagne. "Entre deux rires, Jean-Pierre Rougeaux nous a répondu : "Ah non ! Je ne me serais pas permis. Cela ne se fait pas. J'ai vérifié qu'il s'agissait d'un faux numéro" .

La ligne, en effet-nous l'avons testée aussi- n'est même pas attribuée...

"Avec ce post" développe le maire sans étiquette de Valloire, "j'ai surtout voulu indiquer et rappeler, avec humour tant qu'à faire, que les "acteurs de la montagne" ne sont pas responsables des mesures sanitaires dans les stations de ski".

Il explique avoir eu l'idée de ce message  "en voyant la queue devant l'office de tourisme pour s'inscrire aux activités : plus d'une trentaine de personnes, ce matin". Il dénonce cette "cohue" "contraire de la volonté sanitaire du gouvernement. "En fermant les remontées, les vacanciers s'agglutinent dans les bus, sur le front de neige, J'ai voulu dire avec ce clin d'œil à nos vacanciers que nous n'étions pas responsables de la situation actuelle malgré tous les efforts des acteurs de la montagne".

Faute de remontées, des vacanciers "agglutinés" sur les autres sites d'activité

Dans la station-village de Savoie ce mercredi 24 février, les skieurs commentaient l'initiative de l'édile avec le sourire. Mais en effet, faute de remontées mécaniques, les vacanciers ont tendance à s'agglutiner dans les files d'attente.

"On a pourtant de l'espace en montagne" fait remarquer Christian Magnin, directeur de l'Ecole de ski "mais on a pourtant un peu de mal à faire respecter les jauges ou les distances,c'est vrai,disons, de façon ponctuelle dans la journée".

Faute de remontées, la station n'est occupée qu'à 50% de ses capacités d'accueil et d'hébergement, mais en ces jours de vacances, la foule est au rendez-vous, et s'agglutine au bas de la station. A l'Office du tourisme, il faut parfois user de diplomatie avec les impatients reconnaît Emmanuelle Lacoste, "C'est vrai que c'est un peu plus compliqué, que certains sont parfois décus, on a des jauges à respecter, on est obligés de réduire à 6 ou 7 personnes les groupes de certaines activités, mais les vacanciers ont tout de même de quoi respirer et débrancher de leur quotidien".

 

Reportage Mayeul Aldebert, Cécile Mathy & Sophie Villatte

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société stations de ski économie tourisme ski sport