VIDEO. Malgré les polémiques, l'Eclipse, la nouvelle piste de "légende" de Courchevel, accueillera les skieurs cet hiver

A Courchevel, dès cet hiver, le public pourra découvrir une toute nouvelle piste. L'Eclipse sera la piste officielle des prochains Championnats du monde en 2023. Un succès pour la station et une création très technique qui, selon certains, porte atteinte à l'environnement.

Elle s'étire sur 3 kilomètres de long. La piste l'Eclipse, n'est pas encore enneigée, mais tout est fin prêt pour les prochaines neiges et surtout pour les prochains Championnats du monde.

Même la fibre optique a été installée, pour les caméras. L'hiver dernier quelques skieurs ont eu la chance de tester le tracé. Il est très technique, avec une pente jusqu'à 30 %, des sauts d'envergure et des tournants spectaculaires. Près de 1 000 mètres de dénivelé, des alternances entre l'ombre des forêts et la pleine lumière. Pour le grand public, la piste sera classée noire en grande partie.

C'est Bruno Tuaire, directeur du Club des sports de Courchevel, qui l'a dessinée. Il a fallu 4 ans de travaux pour arriver à ce résultat : "On a fait des parties rapides, sur les parties hautes où on avait de la place et on peut atteindre les 140km/h. Ensuite, il y a des passages plus pentus, très étroits, qui demandent de la technicité de la part des athlètes. Et en partie finale, un saut pour que le skieur puisse passer la ligne d'arrivée en sécurité."

Dans le tracé, des zones humides ont été épargnées. Et une autre sera rénovée. Des graines locales ont été semées pour revégétaliser une vingtaine d'hectares. Une nouvelle retenue collinaire a été installée, 170 000 mètres cube d'eau sont stockés pour faire fonctionner les canons à neige si besoin, sans additif.
Un cycle vertueux, selon les responsables de la station. "La production de neige de culture, c'est simplement de l'eau et de l'air qui sont propulsés à des températures négatives pour produire de la neige. Ensuite, l'eau retourne dans son cycle", assure Emilie Meyret, chargée du développement durable du comité d'organisation.

L'association France nature environnement (FNE) reconnaît les efforts environnementaux pour la création de cette piste, mais regrette le manque d'efficacité du reboisement : "Certes, chaque arbre coupé doit être replanté. Mais une compensation ne restitue jamais l'original, surtout que l'original a mis des dizaines voire des centaines d'années pour se constituer, donc c'est forcément un pis-aller", déplore André Collas, membre de l'association.

La station de Courchevel doit ouvrir début décembre. Les Championnats du monde, eux, commenceront le 6 février 2023.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique ski sport stations de ski économie tourisme