• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Et si les amphibiens avaient droit de cité à Grenoble!

© LPO Isère
© LPO Isère

La LPO Isère et la Ville de Grenoble lancent une campagne d'inventaire des milieux humides dans les jardins privés de la ville. Et si les amphibiens trouvaient refuge en milieu urbain...

Par France 3 Alpes avec communiqué

L'objectif de ce recensement est de recréer un réseau de gîtes favorables notamment aux amphibiens (grenouilles, crapauds...) et aux odonates (libellules). Si les propriétaires le souhaitent, grâce aux conseils donnés par la LPO et à de petits aménagements, l'idée est de développer des solutions favorables au développement de la faune sauvage locale autour des mares ou bassins.

"Les zones humides sont des réservoirs majeurs de la biodiversité en ville, cette opération a pour objectif de renforcer le développement de celle-ci", explique l'association, "en effet, la faune sauvage locale est utile à tous, par exemple les amphibiens permettent de réguler les populations de moustiques et leur présence est un indicateur d'une eau de bonne qualité. Ils jouent un rôle majeur dans l'écosystème cependant la population locale et mondiale connaît une forte période de déclin ce qui explique cette opération."

Par ailleurs, la LPO Isère va réaliser des inventaires des mares de la Bastille et du parc Flaubert. 

En attendant, si vous avez un bassin ou une mare chez vous, n'hésitez pas à vous manifester: amphibiens.isere@lpo.fr

Sur le même sujet

in : la 33e édition du Mondial du Quad se prépare à Pont-de-Vaux

Les + Lus