SNCF : le trafic des trains “fortement perturbé” au premier jour des vacances de la Toussaint

Le trafic SNCF s'annonce perturbé en Auvergne-Rhône-Alpes pour le premier jour des vacances de la Toussaint. Photo d'archives. / © JEFF PACHOUD / AFP
Le trafic SNCF s'annonce perturbé en Auvergne-Rhône-Alpes pour le premier jour des vacances de la Toussaint. Photo d'archives. / © JEFF PACHOUD / AFP

Au premier jour des vacances, la circulation des trains s'annonce perturbée dans tout le pays et particulièrement en Auvergne-Rhône-Alpes où 1 TER sur 2 sera à l'arrêt ce samedi. Le point sur la situation.

Par M.D. avec AFP

Le trafic SNCF s'annonce "très perturbé" samedi 19 octobre, au premier jour des vacances scolaires, alors que nombre de conducteurs et contrôleurs ont décidé de maintenir leur droit de retrait. Le mouvement a débuté jeudi après un accident qui a fait plusieurs blessés en milieu de semaine dans les Ardennes, dont un conducteur de train.

La situation devrait être "sensiblement identique à celle d'hier" soit un train sur deux en moyenne, mais des disparités importantes selon les régions, la plus touchée étant Provence-Alpes-Côte d'Azur.

 

Pas de Ouigo, presque aucun train en Auvergne...


Il n'y a notamment "quasiment aucun train" en Auvergne, selon la SNCF, une vingtaine ayant été supprimés, tandis qu'en Rhône-Alpes, la "tendance" est de 1 TER sur 2 et 80% des TGV roulant sur la zone sont en circulation. Aucun train low-cost Ouigo ne circulera dans la journée à l'échelle nationale.  La SNCF précise que les échanges et remboursements sont possibles sans frais pour les billets TGV, Ouigo et Intercités.
 

Pour les vacanciers qui auraient prévu de prendre la direction du Sud de la France, le trafic des TER était normal en début de matinée à Marseille, et contrairement à la veille où les quais de la gare Saint-Charles étaient vides à la suite du mouvement social, des TGV et TER prenaient des voyageurs. Seuls un train en provenance de Narbonne (Occitanie), un en provenance de Lyon et un TGV vers Dijon-Ville étaient marqués comme supprimés.

Des bus ont été mis à disposition dans plusieurs gares pour substituer certaines liaisons supprimées, mais la SNCF insiste sur la "difficile anticipation" du mouvement. La compagnie ferroviaire invite les voyageurs à consulter l'application Oui SNCF ainsi que le site TER Auvergne-Rhône-Alpes pour être informé de la situation en temps réel.

 

Toujours pas de compromis


Cet arrêt de travail fait suite à un accident survenu mercredi soir. Un TER reliant Charleville-Mézières à Reims a percuté un convoi routier exceptionnel coincé sur un passage à niveau à Saint-Pierre-sur-Vence (Ardennes). La préfecture des Ardennes indique qu'il y a eu 11 blessés, dont certains ont été hospitalisés.

Des agents de conduite et contrôleurs ont fait valoir leur droit de retrait dès jeudi et plus encore vendredi matin, à la prise de service. Le conducteur, blessé et choqué, "a dû porter secours aux passagers car c'était le seul agent SNCF à bord", a déploré dans un communiqué SUD-Rail.
 

Une réunion s'est tenue entre la direction de la SNCF et l'ensemble des syndicats dans la soirée de vendredi, mais après cinq heures de discussions, les deux parties se sont séparées sans accord et devraient se voir dans le "courant de la semaine prochaine", a indiqué la direction.

Lors de la réunion, la direction a fait trois propositions : renforcer le dispositif d'alerte et de sécurité des trains et "passer au crible l'ensemble des mesures de sécurité à appliquer par le conducteur en cas d'accident", "répartir dans le temps les nouvelles procédures de départ des trains qui devaient être appliquées le 15 décembre" et "accélérer très fort le recrutement en 2019, en particulier contribuant à la sécurité des biens et des personnes".

"Ces propositions n'ont pas été saisies par les organisations syndicales", a souligné la direction, à l'issue de la réunion.

 

Sur le même sujet

Les + Lus