Suisse et Covid-19 : Sur les rives du lac Léman, le chef cuisinier Jean-Edern Hurstel mise sur l'après-pandémie

VIDEO. En Suisse, à quelques kilomètres de la frontière française, sur les rives du lac Leman, Jean-Edern Hurstel, chef cuisinier réputé, vient de racheter le restaurant du Chef qui l'a formé. En pleine crise sanitaire, pari risqué ou vision optismiste à long terme pour l'après- pandémie ?

Alors que les fourneaux du restaurant dans lequel il officiait est fermé depuis des mois à Paris, le chef a choisi de se lancer dans l'aventure d'un nouvel établissement ..en Suisse
Alors que les fourneaux du restaurant dans lequel il officiait est fermé depuis des mois à Paris, le chef a choisi de se lancer dans l'aventure d'un nouvel établissement ..en Suisse © Marion Feutry . France 3 Alpes

Derrière ses fourneaux ce vendredi 5 février, Jean-Edern Hurstel, prépare et travaille sa future carte avec enthousiasme : au menu, de savoureuses croûtes au fromage, ambiance Suisse Romande, un vrai plaisir pour ce chef cuistot au talent reconnu.

"Un retour complet aux sources" pour celui qui a passé toute son enfance à deux communes de là.  "je suis heureux, j'ai tout ici, le plaisir de la cuisine, le lac, la vue, c'est un vrai bonheur" s'exclame-t-il, 

Après 50 ans de carrière, le chef doublement étoilé du Floris, Claude Legras, prend sa retraite. C'est auprès de lui que le cuisinier a appris le métier de 1996 à 1998, avant  de poursuivre son chemin et sa formation chez les plus grands, puis d'ouvrir son propre restaurant en 2018 près des Champs-Elysées.

Reprendre le Floris " en y mettant sa patte", l'idée a germé au printemps dernier, alors même que le chef cuisinier devait fermer les portes de son propre établissement, pour cause de pandémie.

Le Covid ne l'a pas dissuadé de se lancer dans l'aventure. Il faut dire qu'il a une énergie incroyable à revendre mais qu'il a aussi et surtout trouvé un appui solide : Lionel Roques, PDG de Franco American Image,  spécialisé dans l'événementiel, la production et la communication,

Ce dernier a  investi 1,5M d'euros dans le rachat et la transformation des 700m2 de l'établissement : " Le Covid, ça va s'arrêter un jour, et ce jour-là il faudra être prêt, les gens auront plus que jamais besoin de retrouver du lien social, de se défaire des écrans, c'est maintenant qu'il faut investir, ou je me trompe ou alors je suis visionnaire" sourit Lionel Roques qui table sur le monde d'Après.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 économie gastronomie suisse international léman