Tunnel du Chambon: les touristes plus vraiment boutés hors de la route de secours

Il y a de quoi s'y perdre dans les panneaux / © Joëlle Ceroni
Il y a de quoi s'y perdre dans les panneaux / © Joëlle Ceroni

Depuis avril 2015, l'économie crie famine aux confins de l'Isère et des Hautes-Alpes. Avec l'effondrement du tunnel du Chambon, hôteliers et restaurateurs ne voient plus passer grand monde dans la vallée de la Romanche. Le feu vert est donné à quelques touristes pour passer par la Route de Secours. 

Par Franck Grassaud

Le préfet de l'Isère a décidé de laisser passer les touristes sur la RS1091, face au tunnel du Chambon. Du moins, ils ne sont plus invités à rebrousser chemin lorsqu'ils arrivent à la sortie Vizille. 

© Joëlle Ceroni
© Joëlle Ceroni

Réservée jusqu'alors au trafic local, cette route de secours ne remplit pas les normes de sécurité pour accueillir la foule. Mais elle s'avère vitale pour l'économie des Hautes-Alpes qui s'est construite autour de cet axe en direction de Briançon. 

Cette ouverture à un peu plus de monde se fait sous surveillance. La préfecture annonce qu'un comptage des véhicules va être réalisé. A partir de 250 véhicules/jour, les gendarmes seront en "pré-alerte". A 400 véhicules/jour, l'axe sera fermé dès Bourg-d'Oisans ou dans l'autre sens dès le Col du Lautaret. 

Reportage de Joëlle Ceroni, Dominique Semet et Jean-Jacques Picca
La route de secours du Chambon, route secrète

Pour l'heure, la non signalisation demeure en aval de Grenoble. Du coup, la RS prend des allures de route secrète pour les personnes qui ne connaissent pas la région. 


Sur le même sujet

Saint-Etienne : des familles roumaines en grande difficulté

Les + Lus