La ville de Grenoble veut se désengager du financement du Lyon-Turin

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Alpes

L'équipe municipale de Grenoble doit présenter ce lundi 18 avril une délibération annonçant son désengagement financier dans le projet de la nouvelle liaison ferroviaire entre Lyon et Turin.

La délibération qui sera présentée ce lundi en conseil municipal annonce que Grenoble retire sa signature du protocole d’intention de 2007.



Ce protocole, signé par l’ancien maire Michel Destot, prévoyait une participation financière impliquant le département de l’Isère, la communauté d’agglomération et la ville de Grenoble, à hauteur de près de 130 millions d’euros.



Pour la Ville, "ces dépenses viendraient assécher la capacité publique d’investir pour moderniser les lignes du quotidien, comme la liaison Lyon-Grenoble, ou la ligne de Gap ou encore les dessertes vers Annecy et Genève".



Pour Éric Piolle, l'ensemble du projet a été conçu "il y a 25 ans, sur des hypothèses de développement de transport de marchandises délirantes, puisqu'elles sont en baisse depuis 20 ans (...) En 1991, les projections prévoyaient également une fréquentation de 19 millions de passagers par an sur la ligne, contre 4 millions en 2012, soit presque cinq fois moins".



La délibération propose également au conseil municipal "d'exprimer son opposition [...] au projet d'une nouvelle liaison ferroviaire transalpine entre Lyon et Turin, en particulier le percement d'un tunnel international de plus de 50 kilomètres". Elle suggère enfin aux élus "d'affirmer [leur] soutien aux politiques de développement des transports en commun locaux et régionaux, ainsi qu'aux politiques de report modal immédiat de la route vers le rail en utilisant, modernisant et adaptant les infrastructures ferroviaires existantes".



Au total, 13 collectivités des départements de l'Isère, du Rhône, de la Savoie et de la Haute-Savoie ont signé ce protocole d'accord de financement, dont le montant s'établit à un milliard d'euros. En cas de vote actant son retrait, Grenoble serait la première d'entre-elles à se désengager.



De son côté, l'Association pour le développement des transports en commun, voies cyclables et piétonnes de la région grenobloise (ADTC) a estimé dans un communiqué qu'en se retirant, "la ville de Grenoble va à l'encontre des besoins des usagers". "Cette ligne permettrait de dé-saturer la ligne Lyon-Grenoble & Chambéry, [...] réduire les temps de parcours et trouver une solution au développement du trafic périurbain autour de Lyon". Elle rappelle que le protocole dont la ville de Grenoble s'apprête à se retirer "concerne la ligne d'accès au tunnel de base Lyon-Turin, et non le tunnel lui-même, qui est financé par l'Europe et les États français et italiens".





Reportage de Maxence Régnault & Dominique Bourget

durée de la vidéo: 01 min 46
Intervenants : Pierre Mériaux, Conseiller municipal délégué au tourisme et à la montagne; Marie-José Salat, Conseillère municipale d'opposition (PS); Matthieu Chamussy Conseiller municipal d'opposition (LR)






Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité