Manifestations contre les violences envers les femmes à Lyon, Bourg-en-Bresse et Saint-Etienne

On estime que 213 000 femmes majeures sont victimes chaque année de violences physiques de la part de leur conjoint ou ex-conjoint, en France. / © Maxime Jegat / Maxppp
On estime que 213 000 femmes majeures sont victimes chaque année de violences physiques de la part de leur conjoint ou ex-conjoint, en France. / © Maxime Jegat / Maxppp

Des centaines de personnes ont manifesté à Lyon, Saint-Etienne ou Bourg-en-Bresse, ce samedi 23 novembre pour dénoncer les violences sexistes et sexuelles, à deux jours de la fin du "Grenelle". Au moins 116 femmes ont déjà été victimes de féminicides cette année.
 

Par Mathieu Boudet

A Lyon, Saint-Etienne ou Bourg-en-Bresse, des milliers de personnes, femmes et hommes, ont défilé ce samedi 23 novembre pour dire "stop" aux violences sexistes et sexuelles et aux féminicides, à deux jours de la fin du "Grenelle". Les manifestant(e)s répondent à un appel national lancé par le collectif féministe #NousToutes.

 

Les manifestations en Rhône-Alpes 


A Lyon, plusieurs centaines de personnes, dont des femmes vêtues de blanc, et montrant des pancartes en l'honneur des "femmes battantes", se sont élancées depuis la place Bellecour en début d'après-midi. La manifestation était organisée par l'association lyonnaise Filactions.

À Bourg-en-Bresse, un cortège s'est également élancé à partir de 14 heures depuis la place Louis Blériot, pour se diriger vers le commissariat et la Préfecture de l’Ain.

A Saint-Etienne, plus de 200 personnes manifestaient sous la pluie, depuis la Bourse du travail, et également en direction de la préfecture de la Loire ce samedi matin.

 

Une mobilisation nationale


Ces manifestations font écho à une grande marche organisée à Paris ce samedi après-midi, et à une trentaine de marches annoncées en province, notamment à Lille, Bordeaux, Rennes, Toulouse ou Strasbourg... 
L'an passé, fin novembre, près de 50 000 personnes s'étaient rassemblées dans toute la France dont 30 000 à Paris selon les organisatrices, la police ayant compté de son côté 12 000 manifestants dans la capitale. Près de 70 organisations (Planning familial, CGT, CFDT, EELV, LFI, PS, Unef, PCF, SOS homophobie...) et plusieurs personnalités se sont jointes aux défilés annoncés.

 

Au moins 116 féminicides cette année


Depuis le début de l'année 2019, au moins 116 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint, selon un décompte et une étude au cas par cas menés par l'AFP. De son côté, le collectif « Féminicides par (ex) compagnons » en dénombrait 137 depuis le début de l'année. En 2018, le chiffre avait atteint 121 femmes victimes, selon le ministère de l'Intérieur.

Quelque 213 000 femmes majeures sont victimes chaque année de violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur conjoint ou ex-conjoint, selon les données officielles. 

Ces marches interviennent juste avant la clôture, lundi 25 novembre, du "Grenelle contre les violences conjugales", lancé début septembre pour tenter d'enrayer ce fléau. Le Premier ministre Edouard Philippe, accompagné d'une douzaine de membres du gouvernement, doit y annoncer une quarantaine de mesures nouvelles.
 

Sur le même sujet

Les + Lus