Violences à Moirans: les émeutiers seront "implacablement recherchés et poursuivis en justice", selon Manuel Valls

Publié le Mis à jour le
Écrit par Claire Digiacomi
Manuel Valls à l'Assemblée nationale, le 21 octobre.
Manuel Valls à l'Assemblée nationale, le 21 octobre. © Assemblée nationale

A l'Assemblée nationale, le Premier ministre, Manuel Valls, a assuré que l'Etat répondra "avec la plus grande fermeté" aux violences survenues à Moirans, en Isère, le mardi 20 octobre.

Deux députés ont interpellé le premier ministre, ce mercredi, lors d'une séance de questions au gouvernement, au sujet des violences survenues à Moirans (Isère). "Rien ne justifie ce qui vient de se passer", a commenté le député Les Républicains (LR) et président du Conseil départemental de l'Isère, Jean-Pierre Barbier, qui estime que "la Justice et l'Etat ne doivent pas plier".

Le Premier ministre, Manuel Valls, a, quant à lui, assuré que les auteurs des violences commises seraient "implacablement recherchés et poursuivis en justice".

Une réponse d'une extrême fermeté"

"Ceux qui veulent tordre le bras à la Justice, tordre le bras aux forces de l'ordre, tordre le bras à la République, s'exposent à une réponse d'une extrême fermeté: ils doivent s'attendre, ceux qui ont agi hier, à être implacablement recherchés et poursuivis en justice", a déclaré le Premier ministre devant les députés. 

"Il est intolérable qu'un déchaînement de violence, quelle qu'en soit la raison, soit commis au prétexte de contester par ailleurs une décision de justice. La seule manière légitime de le faire c'est d'user des voies de recours, il ne peut pas y avoir d'autres attitudes", a poursuivi le Premier ministre.

Vidéo

Violences à Moirans : le député (LR) de l'Isère... par France3Alpes
Répondant à une question du député socialiste de l'Isère Michel Issindou, Manuel Valls a également dénoncé les récupérations politiques des violences de Moirans: "Je veux rappeler à ceux qui à chaque fois veulent utiliser ce type d'événements pour essayer de prospérer électoralement (...) qu'ils ont eux-mêmes affaibli la police et la gendarmerie en supprimant 13.000 postes de policiers et de gendarmes", ajoutant que "plus de 5.000 postes au cours de ce quinquennat", ont été créés dans la police et la gendarmerie.

Vidéo

Violences à Moirans : le député (PS) Michel... par France3Alpes

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.