La visite tant attendue de Manuel Valls de part et d'autre du tunnel du Chambon

© AFP
© AFP

S'il vient en Isère et dans les Hautes-Alpes, c'est sûrement que Manuel Valls a quelque chose à annoncer aux habitants impactés par la fermeture du tunnel du Chambon. C'est en tout cas ce que le collectif, qui regroupe les "victimes" de cette fermeture, espère. 

Par Franck Grassaud

Ce vendredi 24 juillet, le Premier ministre se rendra donc dans les départements de l'Isère et des Hautes-Alpes afin d'évoquer les problèmes posés par le glissement de terrain en cours au Lac du Chambon et par la fermeture du tunnel. Il promet de rencontrer les élus et les habitants pour évoquer les difficultés quotidiennes qui durent depuis le mois d'avril maintenant. Dans le communiqué annonçant cette visite, le service communication de Manuel Valls parle aussi de "solutions qui peuvent être apportées".

Il n'en faut pas plus aux adhérents du collectif du Chambon pour qu'une lueur d'espoir se lise dans leurs yeux. Depuis le début de la crise, ils ont adressé plusieurs courriers au Premier ministre, alors le voir venir à eux, leur fait penser qu'il a une petite idée pour les sortir d'affaire. 

Tous espèrent qu'on va accélérer le processus d'effondrement de la montagne qui porte le tunnel, ce fameux glissement promis avec certitude début juillet, mais qui n'est jamais venu. Chacun sait que cette "purge" permettrait de sécuriser les lieux pour entamer les travaux à hauteur de RD1091 et du tunnel. 

Des solutions? 

Plusieurs solutions sont évoquées. Certains imaginent que l'Etat va faire appel à l'armée et que, si l'artillerie s'en mêle, la nappe de terre et de rochers aura vite fait de tomber dans le lac. Il y a aussi l'idée d'injecter de l'eau dans la fracture de décrochement

Mais si l'Etat décide d'intervenir en employant "la force", il devra assumer ses responsabilités en cas de problèmes. Actuellement, l'affaire est considérée comme "un désordre géologique naturel", autrement dit, c'est la faute à personne s'il arrive quelque chose. 

Dédommagement

Quoiqu'il en soit, cette visite est très très attendue car les habitants du secteur, qui vivent désormais dans deux bouts du monde, -l'un côté Isère, l'autre côté Hautes-Alpes-, sont... à bout. Ils attendent "une gestion humaine de cette crise" avec un fonds de soutien aux entreprises, notamment restaurateurs et hôteliers qui ne voient plus passer personne, et des moyens conséquents pour dédommager également les particuliers. Ceux qui, par exemple, sont obligés de passer par le tunnel du Fréjus pour passer du Sud au Nord ou du Nord au Sud. 

Et puis, ils comptent aussi sur une amélioration des transports publics. L'hélicoptère mis en place pour faire la navette, et assurer les trajets domicile-travail, dépend trop de la météo. Ce jeudi 23 juillet, en raison du brouillard, il n'a pu s'envoler. Espérons que Manuel Valls aura un peu plus de chance entre l'Isère et les Hautes-Alpes vendredi soir. 

Au programme

16h30 Arrivée de M. le Premier ministre à Mont-de-Lans, lieu dit « Croix du Sert ». Départ à pied vers la Mairie.
17h00 Réunion de travail avec les ministres, les élus de l’Isère et les services de l’Etat:
- Point de situation sur la sécurité des populations
- Présentation des travaux en cours sur la RD1091 et la route de secours

18h00 Arrivée de Manuel Valls à La Grave
18h15 Réunion de travail sur le soutien aux populations isolées et aux entreprises
19h30 Fin du déplacement

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus