Une voiture tombe dans l'Isère à Grenoble, le conducteur s'en sort avec une légère hypothermie

Ce mercredi 18 février au matin, plusieurs témoins affirmaient avoir vu une voiture plonger dans l'Isère, non loin du pont le plus proche du Stade des Alpes. Le sondage de la rivière n'a rien donné mais c'est à l'hôpital que le conducteur a été retrouvé. 

C'est vers 6h30 qu'un premier témoin a signalé l'accident aux pompiers. Il avait vu la voiture tomber, phares allumés, alors qu'il se rendait à vélo à son travail. D'autres témoins auditifs, -notamment des Roms qui vivent dans un camp à proximité-, ont confirmé "comme une grosse détonation" correspondant au passage de la voiture à travers le parapet d'un pont (photo de une).

Le suicidaire s'est sauvé par lui-même

Les sapeurs ont envoyé des plongeurs avec deux embarcations et un hélicoptère a même survolé la rivière pour une reconnaissance aérienne. A 9h30, ces opérations n'avaient toujours rien donné et les secours observaient une première pause en raison du courant. Finalement, c'est au CHU de Grenoble-La Tronche que la trace du conducteur a été retrouvée. L'homme, âgé de 37 ans, se serait rendu par lui-même jusqu'à l'établissement hospitalier. Victime d'une légère hypothermie, il a rapidement été pris en charge et son épouse est venue à son chevet. L'audition des policiers a suivi.

Cet artisan-carreleur, qui rencontre des difficultés de trésorerie, voulait en finir avec la vie et s'est jeté dans l'Isère avec son Peugeot Partner... de location. Alors que le véhicule plongeait dans l'eau, la vitre latérale s'est brisée et c'est alors que le suicidaire s'est ravisé, remontant à la surface. Le courant l'a charrié sur plusieurs centaines de mètres et après s'être accroché à un rocher, il s'est hissé sur la berge. Le CHU n'étant pas loin, il en a pris le chemin. 

40 personnes mobilisées

L'épisode, qui se termine bien, aura tout de même mobilisé près de 40 personnes. Des pompiers, l'hélicoptère de la Sécurité civile et des policiers pour assurer l'enquête et la circulation.

La police a notamment dû fermer une portion de l'avenue de Verdun, entre le Stade des Alpes et l'entrée de Meylan, ce qui a engendré de gros bouchons de part et d'autre. L'axe est crucial pour quitter l'agglo en direction de Chambéry ou pour venir de la capitale savoyarde. Peu après 9 heures, la circulation a pu reprendre mais le temps "d'évacuer" les véhicules, les bouchons ont perduré pendant une bonne vingtaine de minutes. 

Reportage Aurélie Massait et Jérôme Ducrot