Wauquiez présente sa politique de retour à l'emploi, basée sur "des droits et des devoirs"

Permettre aux bénéficiaires du RSA de le percevoir en totalité, tout en suivant une formation rémunérée vers un "métier en tension": c'est l'objectif de la convention signée jeudi à Lyon entre la région Auvergne-Rhône-Alpes et dix de ses départements, dont l'Isère, la Savoie et la Haute-Savoie. 

 
"Nous voulons faire plus pour ceux qui veulent s'en sortir et arrêter de fermer les yeux pour ceux qui ne souhaitent pas le retour à l'emploi"
, a proclamé le président de la région Laurent Wauquiez (LR), lors d'une conférence de presse.

La région va ainsi "proposer un engagement 'droits-devoirs'" aux bénéficiaires du RSA, auxquels elle proposera des "formations débouchant sur un emploi" comme le numérique, les services à la personne, la métallurgie, la plasturgie, l'hygiène, le nettoyage, a détaillé M. Wauquiez.

Le RSA maintenu pendant la formation 


Selon lui, "10.000 projets de recrutement" sont très difficiles à pourvoir dans la région. Les stagiaires continueront à percevoir la totalité du RSA, plus 400 euros mensuels, pendant la durée de leur formation. En contrepartie, "ils doivent s'engager à la suivre jusqu'au bout", a-t-il dit.

Jusqu'à présent, les titulaires du RSA en perdaient une partie lorsqu'ils suivaient une formation rémunérée. "C'est totalement innovant en France et c'est un vrai signal qu'on ne ferme plus les yeux sur les abus ou les manquements", a fait valoir M. Wauquiez.

Deux refus de formation entraineront la fin de la gratuité des transports régionaux


Quiconque refusera successivement "plus de deux formations" ou manquera d'assiduité perdra la gratuité des transports régionaux et ne se verra plus proposer de formation, a-t-il ajouté, précisant être ainsi "au maximum de ce que la loi nous autorise".

Cette "charte d'engagements" a été signée à ce jour avec dix des douze départements de la région, à l'exception de l'Ardèche et du Puy-de-Dôme, les deux seules entités dirigées par la gauche.

Cette "expérimentation", dont le budget est estimé "entre 2 et 4 millions d'euros", se poursuivra durant deux ans, avec "un clause de revoyure en 2017", a précisé M. Wauquiez.
 


L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité