Les conditions de détention : la colère des magistrats de Saint-Brieuc

Publié le Mis à jour le
Écrit par Krystell Veillard
© France 3 Bretagne

Coup de colère ce jeudi des magistrats, avocats et personnel de réinsertion de Saint-Brieuc sur les conditions de détention. La surpopulation carcérale, est un phénomène qui touche particulièrement le Grand Ouest avec un taux d'occupation de 127 %, supérieur à la moyenne nationale. Etat des lieux.

La situation des prisons bretonnes

Le taux d’occupation des prisons dans l’ouest est de 127 %. Il est plus élevé que la moyenne nationale.

La promiscuité touche surtout les maisons d’arrêt où se trouvent surtout les détenus condamnés à de courte peines ou en attente d’un jugement. A Brest, tout particulièrement avec 427 détenus pour 254 places. D’après certains surveillants, des détenus dorment sur des matelas à même le sol.
Mais le pire est à Saint-Brieuc, avec 241 détenus pour seulement 85 places disponibles. Et là par exemple, une cellule de 9 m2 sera  occupée par 3 personnes.

La situation est un peu meilleure dans les centres pénitentiaires et les centres de détention, où l’on purge de plus longues peines. 
A Rennes, à Vezin et à Lorient Ploemeur, il n'y a pas de surpopulation carcérale. S'il y a davantage de confort, le revers de la médaille, c'est qu'il y a beaucoup moins de lien social.

Les solutions apportés contre la surpopulation carcérale 

La  fermeture de vieilles prisons a été reportée. Saint-Malo et Vannes, sont par exemple aujourd’hui en sursis. Et des "quartiers nouveaux concepts", les QNC, plus modernes plus confortables, avec des cellules individuelles, vont être ouverts.
A Brest et Ploemeur, 180 nouvelles places de ce genre seront proposés d’ici fin 2014.

il y a encore le développement des bracelets électroniques, pour les peines inférieures ou égale à 2 ans.
en Bretagne, 332  condamnés bénéficient de cette alternative à la prison. Double avantage, ça libère des places et ça coûte moins cher. A titre de comparaison, une journée en prison coûte en moyenne 70 euros par détenu, un bracelet électronique, pas plus de 15 euros.



Le reportage à Saint-Brieuc de Jean-Marc Seigner



Interviews :
- Samuel Gauthier, Observatoire International des prisons
- Dorothée Calonne du Teilleul, Syndicat des avocats de France



En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.