• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Rallye Aicha des Gazelles: une étape marathon

Répération sur l'étape marathon / © @Maienga 2013
Répération sur l'étape marathon / © @Maienga 2013

Une étape marathon, c'est 2 jours en totale autonomie, plus de 300 km de hors-pistes, pas d'assistance mécanique le soir, un bivouac improvisé sous les étoiles.

Par Stéphane Grammont

10 Points de Contrôles à passer (CP) avec des phases roulantes, des plaines, du sable, des cailloux et des montagnes. Bref, un très beau cocktail attend nos Gazelles sur ces deux jours.

Nous avons quitté Pascale et Pilar sur l’étape précédente avec des problèmes mécaniques dans les Dunes de Merzouga. Une fuite sur le circuit de direction assistée qui a obligé l’équipage à s’arrêter souvent pour maintenir une réparation de fortune. Arrivées tout de même au bivouac à 22 heures elles remettaient leur voiture à l’équipe des mécanos du Team ISUZU remettait tout en ordre et c’est avec un véhicule révisé et en bonne santé que les Roz Avel se présentaient sur ce départ du Marathon. 
 / © @Maeinga 2013
Le classement est excellent : 20ème au Général et 5ème des « première participation ».
Elles prennent un bon départ et à la première balise, c’est une crevaison lente qui va leur faire perdre beaucoup de temps. Une réparation qui n’a pas tenu ? Un changement de roue qui s’est avérée difficile ? Ce sont pratiquement deux heures qui seront perdues à cet endroit-là.

Puis c’est une lente remontée qui va s’effectuer jusqu’au CP n° 5 où Pilar et Pascale retrouveront une bonne partie de leurs collègues arrêtées par la tombée de la nuit. C’est autour de ce CP que les filles de régions différentes, de nationalité différentes vont partager leurs spécialités culinaires locales, les diverses boissons… Autour d’un grand feu, elles refont les étapes, se racontent leurs émotions mais pas trop tard car le réveil se fera au lever du jour, vers 5h30.

Le départ de la deuxième journée du Marathon est assez délicat. Il y a peu de points de repères, il est donc difficile de prendre la décision d’un cap, d’une direction quand on ne sait pas avec certitude ni exactitude où on se situe.

Il y aura des km supplémentaires, les nerfs de la navigatrice seront mis à rude épreuve et le CP n° 6 aura été très long à trouver. Après, c’est une course contre la montre, avoir les meilleures trajectoires, perdre le moins de temps possible pour arriver avant 19 heures au dernier CP sous peine de prendre une pénalité. Mais pas trop vite non plus pour éviter à tout prix de se perdre.
Le CP 8 était « tapé » à 16 heures, ce qui laissait presque 3 heures à l’équipage pour boucler le parcours.

Malheureusement pour les Roz Avel, une mauvaise option de cap leur fait perdre beaucoup de temps. Puis elles ont confondu le CP n° 9 d’un autre parcours, ce qui a mis par terre leur espoir d’aligner les 10 CP du Marathon.

Elles ont rejoint le bivouac, la nuit était déjà tombée depuis près de deux heures, avec une pénalité liée à la non atteinte du CP n° 10.

Elles vont prendre une bonne douche, manger et préparer leur journée de demain. On ne change pas de rythme : lever 4 heures, briefing 5 heures et départ pour la 5ème étape à 6 heures… et avec le sourire parceque c’est une très belle aventure !

Le classement à l’issue de cette étape

26ème Au général
6ème  Première participation

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview d'André Ollivro

Les + Lus