• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Un “chevalier blanc” dans le capital du groupe Doux.

Charles Doux / © FRED TANNEAU / AFP
Charles Doux / © FRED TANNEAU / AFP

L'homme d'affaires Didier Calmels va prendre les 2/3 du capital de Doux. Cela va permettre à l'entreprise de réduire son endettement de 360 à 120 millions d'euros. Le groupe Doux prolonge également son redressement judiciaire. 

Par Stéphane Grammont

Didiers Calmels est un spécialiste du "retournement d'entreprise", agissant à travers sa holding Développement et Partenariat (D&P). Il va racheter les créances de la Barclays Bank, le premier créancier du groupe, pour "plusieurs dizaines de millions d'euros" selon le Figaro qui publie cette information. Ces opérations permettraient de faire revenir l'endettement du groupe de 340 millions d'euros il y a un an, à 120 millions d'euros. Cela pourrait permettre au groupe Doux de présenter ce mardi devant le tribunal de commerce de Quimper un nouveau plan de continuation, et de prolonger de 6 mois la période d'observation. 

Recentré sur le grand export et la viande transformée vendue sous la marque Père Dodu, allégé de son pôle frais qui a été liquidé au prix d'un millier de suppressions d'emploi, Doux espère réaliser cette année des ventes de 560 millions d'euros, avec une trésorerie modestement positive, ajoute le journal. Dernière fermeture, celle de l'abattoir de découpe de dinde de Pleucadeuc, qui comptait 147 salariés. Doux propose un reclassement pour 90 d'entre eux.


Comment Charles Doux a tenté une opération de lifting de son groupe? La frise chronologique.

A lire aussi

Sur le même sujet

Isabelle Autissier et le Théâtre d'Ardoise

Les + Lus