Cet article date de plus de 8 ans

Les pesticides perturbent les femmes enceintes

Une étude menée par l'Inserm et l'Ecole de Santé Publique à Rennes en collaboration avec l'Inra à Toulouse met une nouvelle fois en évidence les risques associés aux pesticides pour les femmes enceintes. 
© France 3 Bretagne
Les conclusions de cette nouvelle étude sont passées relativement inaperçues mais elles jettent pourtant un nouveau pavé dans la mare de l'agriculture intensive. L'étude pilotée par l'Institut de recherche Santé, Environnement et Travail à Rennes s'est appuyée sur 83 femmes enceintes réparties en 3 groupes selon leur proximité avec des zones de cultures céréalières. Des échantillons d'urine prélevés au cours des 3 premiers mois de grossesse ont été analysés dans un laboratoire de l'INRA à Toulouse. Les premiers résultats sont sans appel: les femmes les plus exposées aux mélanges de pesticides ont subi des perturbations physiologiques
Cette étude en rejoint une autre menée par l'Inserm à Rennes également à partir d'échantillons d'urine prélevés sur des femmes enceintes. Ces variations restent subtiles mais quelles peuvent en être les conséquences sur plusieurs générations ? Cela reste à préciser comme les effets néfastes des pesticides sur la santé de la femme et de l'enfant à naître...
En 2010, une autre étude rennaise avait établi un lien entre une forte exposition aux solvants durant la grossesse et certaines malformations sévères du nouveau-né.
Ce travail s'appuie sur la mise en place en Bretagne de l'étude de cohorte Pélagie. Entre 2002 et 2006, 3 500 femmes ont accepté d'y participer depuis leur grossesse et pendant plusieurs années pour leur enfant.  

Le reportage d'Hélène Pédech et Thierry Bouilly:


Intervenantes:
Nathalie BONVALLOT- Toxicologue chercheur à l'Irset - Rennes
Cécile CHEVRIER- épidémiologiste chercheur à l'Inserm - Rennes
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé sciences