La “Femme” dans tous ses états aux Vieilles Charrues

La Femme est l'avenir du surf / © Bruno Van Wassenhove
La Femme est l'avenir du surf / © Bruno Van Wassenhove

Cet après-midi aux Vieilles Charrues et jusqu'à ce soir, les filles se succèdent sur la scène Grall. Que ce soit en groupe comme avec La Femme (composé de quelques garçon malgré tout), ou dans une version plus minimaliste avec Mesparrow, l'enthousiasme du public est au rendez-vous.

Par Emilie Colin, Bruno Van Wassenhove et Stéphane Grammont

La Femme embrase Carhaix, déjà bien échauffé 

Il y a 2 ans, ils participaient aux Bars en Trans à Rennes. Le groupe La Femme, 5 garçons pour une fille, commence les hostilités en pleine canicule. La foule est conquise, d'ailleurs le public connaît toutes les chansons. Que des tubes en puissance ! La Femme jouit d'une vraie côte d'amour. C'était le groupe à ne pas rater sur cette scène, et le public était au rendez-vous. Ces gandins (22 ans de moyenne d'âge) sont des performers accomplis, aguerris à la scène par une longue tournée dans les tous les cafés concerts de France. Ils jouent un rock énergique, rapide, teinté de New Wave et de musique Surf. S'il fallait les comparer à un groupe, on pourrait citer les B 52's, du Joy Division Gai, ou du néo Beach Boys. 

La Femme, sortie de scène après leur concert aux Vieilles Charrues


A la fin du concert, le guitariste s'autorise littéralement un slam d'un nouveau genre, juché sur une planche de surf. Surfez jeunesse !

Un ange passe...

Mesparrow, seule, entre en scène. Marion Gaume, originaire de Tours et qu'on a pu voir aux Bars en Trans cette année, superpose des couches de sa voix, avec sa pédale de boucle (loop) et son micro. Des séquences courtes, au beat lourd et sourd, au contraste de sa voix éthérée, une harmonie parfaite. Plus tard, elle s'assoit au piano et embarque le public au son de ses mélodies teintées d'électro. Et ce plateau "Girls Only" aux Vieilles Charrues, qu'en pense t-elle ? "Non ça ne me dérange pas, je trouve ça plutôt sympa. Je sais que c'est pas genre on met toutes les filles d'un côté. S'il y avait une fille qui chantait du hard rock, on ne l'aurait pas programmé ici. L'ensemble reste cohérent." 

Sensualité et simplicité 

Lou Doillon revient en Bretagne après un passage au festival Mythos. L'artiste ne donne des concerts que depuis un an. Au départ c'était devant 10 000 personnes. Désormais, l'espace s'agrandit et le stress avec. A nos confrères de BFM TV et lors des Francofolies de la Rochelle, elle confiait ne pas en mener large. Solène qui a assisté au concert a beaucoup aimé, trouvant que la chanteuse avait par moment une "voix très éraillée et pleine de charme".

Lou Doillon - Should I stay or shoud I go

La québécoise Marie-Pierre Arthur s'en vient cruiser (draguer) le public français

Marie Pierre Arthur c'est plutôt rock mélancolique et des textes où chacun peut y trouver son compte et se raconter sa propre histoire. La chanteuse sait aussi gratter la basse et alterne entre voix et cordes. 
Marie-Pierre Arthur - Emmène-moi

Qui s'y frotte s'y pique

Autre style, plus rêche, celui de la Gale, chanteuse suisse qui rappe et signe des textes cinglants, sans concessions. Avant ça, elle fréquentait la scène punk rock, comme quoi l'esprit de révolte a toujours été là. Et elle en a des choses à dire, sur l'avenir bouché de la jeunesse, les contrôles policiers, l'immigration. Au-delà du flow, La Gale s'engage, notamment auprès de rappeurs palestiniens. 

La Gale - Comptez vos morts

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Les + Lus