Portique écotaxe vandalisé dans le Finistère: ce que pensent les opposants à la taxe

Le dernier portique écotaxe du Finistère encore debout / © France 3 Bretagne
Le dernier portique écotaxe du Finistère encore debout / © France 3 Bretagne

Dans le Finistère, l'enquête se poursuit pour démasquer les auteurs du sabotage d'un portique écotaxe. L'acte n'a pas été revendiqué. Rencontre avec François Palut, éleveur et opposant à cette fameuse écotaxe.

Par Krystell Veillard

Une taxe qui pénalise l'économie de la région

Après la mise à terre au mois d'août du portique de Guiclan, un second portique écotaxe a été vandalisé dans le Finistère, à Melgven, sur la quatre voies entre Lorient et Quimper. Les boulons ont été cisaillés dans la nuit de lundi à mardi, la structure menaçait de s'effondrer sur les voitures. Un acte de sabotage largement condamné. Mais qu'en pensent les opposants à cette fameuse taxe, comme François Palut, éleveur et président de l'association pour le maintien de l'élevage en Bretagne.
S'il condamne le geste, c'est uniquement pour des raisons de sécurité, car pour lui cette nouvelle taxe, pénalise l'économie de la région. Notamment vis à vis des produits agricoles d'importation.

Mobilisation samedi des opposants à l'écotaxe

Les opposants à l'écotaxe ont même créé un collectif qui appelle à une mobilisation "Coup de vent" voire "Avis de tempête" sur la Bretagne samedi. Sur les trois portiques du Finistère, il n'en reste plus qu'un. Et ce dernier portique écotaxe encore debout, celui de Pont-de-Buis, est désormais surveillé de très près par les forces de l'ordre.


Le reportage à Plouvorn (29) de Julien Le Bot et Jean-Hervé Guilcher

DMCloud:114303
ecotaxe : François Palut

Interviews :
- François Palut, éleveur de porcs - Président de l'Association pour le maintien de l'élevage en Bretagne

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus