Algues vertes : les parents de Thierry Morfoisse reçus par les juges

Les parents de Thierry Morfoisse, avec leur avocat, Maître Claude Larzul et André Ollivro / © Séverine Breton - France 3 Bretagne
Les parents de Thierry Morfoisse, avec leur avocat, Maître Claude Larzul et André Ollivro / © Séverine Breton - France 3 Bretagne

A la sortie de leur entretien par les juges d'instruction du pôle santé à Paris, les parents de Thierry Morfoisse ont le sentiment d'avoir été écoutés, alors qu'ils redoutaient un non lieu. Leur fils était mort en vidant une benne d'algues vertes à Binic dans les Côtes d'Armor, le 22 juillet 2009.

Par Krystell Veillard

Accompagnés de leur avocat, de représentants d'associations, tel André Ollivro, les parents de Thierry Morfoisse, ont été reçus durant une heure et demi par deux juges d'instruction du pôle santé de Paris. Ils ont le sentiment d'avoir été entendus et compris, c'était comme "une petite lumière dans la nuit" ont ils déclaré à leur sortie. Avec les juges, il n'a pas été question de non-lieu, ce qu'ils redoutaient, et ils ont pu leur remettre le rapport scientifique du docteur Claude Lesné, selon lequel l'hydrogène sulfuré dégagé par les algues vertes en décomposition, était de façon quasi certaine à l'origine de la mort du chauffeur. Les proches de Thierry Morfoisse se battent depuis 2009, pour que le décès soit reconnu comme accident du travail.

La famille est prête à aller jusqu'au bout


Le 22 juillet 2009, Thierry Morfoisse décédait en vidant une benne d'algues vertes à Binic dans les Côtes d'Armor. Depuis, ses proches et les associations se battent pour faire reconnaître le lien entre la mort et l'inhalation d'hydrogène sulfuré dégagé par les algues vertes. Ses parents avaient porté plainte contre X pour homicide involontaire, devant le tribunal de Saint-Brieuc. Mais depuis, le dossier a été transmis au Pôle Santé du palais de justice de Paris. Et trois experts toxicologues, nommés par le juge d'instruction en charge du dossier, avaient conclu que Thierry Morfoisse était mort de façon naturelle. L'analyse de sang, après le décès, révélait un taux élevé d'hydrogène sulfuré, mais le rapport d'autopsie concluait à une récidive d'infarctus du myocarde.

Le reportage à Paris de Séverine Breton et Thierry Bouilly

Algues Vertes: parents Morfoisse au tribunal à paris

Interviews :
- Jeanne et Claude Morfoisse, parents de Thierry Morfoisse
- André Ollivro, Comité de soutien
- Claude Larzul, avocat famille Morfoisse

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus