Cet article date de plus de 7 ans

La Fantaisie des Charrues, c'est vous ! Toutes nos photos des festivaliers.

L'Heroic Fantasy, thèmatique de cette édition 20014 vous a t-elle inspiré? Colorés, acidulés, tatoués, vous étiez tout simplement féériques sur la pelouse de Kerampuilh!

Tronches de Charrues 2014, le diaporama dont... par france3Bretagne


Les grandes tendances :

Le must de cette année ce sont les ailes de fées. Grands modèles ou petits formats, on en a croisé partout dans la plaine pendant les quatre jours du festival. Elles ont habillé petits et grands, hommes ou femmes, de la festivalière coquette toute en paillette jusqu'au au potache trans-genre pas vraiment sobre, espérant voler plus haut avec ses petites ailes. Viennent ensuite les lunettes "à la Elton John". Le petit elfe à quatre yeux, élevé au rang de Lord par la reine d'angleterre vous a beaucoup inspiré, et pas seulement pour y voir plus clair dans la plaine de Kerampuilh.

Le costume de groupe :

Pour faire simple, on va dénommer "groupe" tout attroupement constitué d'au moins deux personnes déguisées de façon similaire. Dans le genre nous avons croisé un grand banc de crocodiles (une bonne dizaine au moins). Nous avons immédiatement fui, trop difficile à photographier, le crocodile est ingérable. Il y avait également un peloton de taulards façon Dalton, déjà croisé lors d'éditions précédentes, et pas mal de groupes de filles toutes en couronnes de fleurs, certaines très rousses et d'autres très bleues. A noter dans la "section groupe" le costume interractif : la petite fée et son magicien, la policière et son prisonnier, le cochon et son boucher (plus gore).

La princesse et le crapaud :

Un coup de flash dans la plaine et ils accourent, ils/elles veulent aussi leur photo. Et tout de suite encore ! Phrase régulièrement déclarée : "Hé monsieur tu fais notre photo allllez s'il te plait !". Là on passe dans la photo de commande, et généralement on rigole bien, parce qu'on arrive à leur faire prendre à peu près n'importe quelle pose.
La photo de festival est une gageure, la photo aux Vieilles Charrues est un sport de combat.


Les Fans

Indochine, Elton John, Thirty Seconds To Mars, ces artistes drainent de concerts en concerts leur cohorte d'afficionados. Le fan porte presque exclusivement le t-shirt de son groupe, mais parfois pas. Et donc le prix du meilleur déguisement de fan est décerné cette année à Joran pour sa très belle interprétation de Stromae


La paire de sandales et le t-shirt Quechua

Pas besoin de faire un dessin, ils sont l'ennemi du photographe. Dans un festival qui accueille 225000 personnes, il n'est pas toujours facile de trouver un axe exempt d'éléments "perturbarteurs".
On peut classer dans l'ordre (croissant) :
- le bout de pied en tong qui rentre dans le champ d'une vue en plongée massive
- le t-shirt moche qui passe en arrière-plan d'un beau visage
- le troll aviné ou la sorcière hystérique qui vient squatter la photo d'une créature de rêve en criant "ouéééé"

Les belles gueules

Belles tronches de vainqueurs, ou beaux yeux clairs, vous avez immédiatement capté notre attention, d'un regard ou d'un beau sourire. Vous êtes beaux, charmants, sympas, marrants, gais, vous ne vous prenez pas la tête, vous êtes tout simplement heureux d'être là.

Le farfadet

Ou plutôt, le farfelu. Il ne fait rien comme les autres et s'invente complètement un personnage, voire même un boulot. Palme d'or est donc décernée à cet auto-proclamé "volontaire de la brigade prévention solaire". Sourire engageant et t-shirt jaune vif, il vous aborde, et il vous crème. Vous vous dites alors que l'organisation des Charrues fait quand même bien les choses pour le confort des festivaliers, puis, de son grand sourire proto-californien, il vous explique que c'est pour se faire des copains, ou aborder les filles. Le petit malin.

Le poète

Egalement appelé "Jésus", "Jared Letto", ou encore "Le druide", vous l'avez croisé sur la plaine, c'est un vrai poète, pour de vrai. Il s'appelle Christophe, je l'ai croisé vendredi, dans la lumière du soir, avec sa tête toute en poils. Il parle doucement, ne s'agace aucunement qu'on l'interpelle toutes les 30 secondes. Il se désole un peu des problèmes que les gens se créent en eux-même. On a bu un verre, il m'a lu quelques vers. Je l'ai re-croisé samedi, il avait un peu la voix cassée. Je l'ai revu dimanche soir, à la fermeture, parfaitement ravi d'un DJ set electro sous la tente Gwernig, la chasuble un peu tachée.

 Il illustre et conclue avec grâce ce diaporama ci-dessus, en vous donnant la bénédiction des arbres. 




Le diaporama "Slides" ci-dessous vous permet de faire défiler les photos à votre guise.
Pour télécharger votre photo : arrêtez le défilement automatique, cliquez droit sur "afficher" pour voir la photo en plus grand, puis "enregistrer sous".


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vieilles charrues musique festival